la-niacine-aide-à-combattre-les-tumeurs-cérébrales
Une nouvelle étude de l’université de Calgary révèle que la niacine, communément appelée vitamine B3, associée à la chimiothérapie peut aider les cellules immunitaires à attaquer le glioblastome (un type de tumeur cérébrale), ralentissant ainsi considérablement la progression de cette maladie chez les souris. Ces résultats ont montré que la durée de vie des souris atteintes d’un glioblastome et ayant reçu une thérapie combinée a triplé, passant de 40 à 150 jours.

La niacine

« C’est un résultat remarquable. Bien que ce ne soit pas un remède, c’est très prometteur car cette maladie est incurable », déclare le Dr Wee Yon chercheur principal de cette étude. « Les cellules souches de la tumeur cérébrale pour le glioblastome ont été très résistantes à ce traitement, donc au lieu de cibler ces cellules, nous avons ciblé le système immunitaire pour aider l’organisme à attaquer et à détruire les cellules souches ».
Le glioblastome est la forme la plus agressive de cancer du cerveau. Même avec un traitement comme une chimiothérapie et des radiations, la plupart des gens meurent dans les 14 à 16 mois suivant le diagnostic. L’une des raisons pour lesquelles ce cancer est si mortel est qu’il détourne le système immunitaire, le supprime et reprogramme les cellules immunitaires pour qu’elles travaillent pour la tumeur.

La thérapie combinée stimule les cellules immunitaires

Dans cette étude, les chercheurs ont découvert que la thérapie à la niacine sans aucun autre traitement, prolongeait la survie et que la thérapie combinée au témozolomide (un médicament de chimiothérapie couramment utilisé contre le glioblastome) prolongeait nettement la survie en stimulant et en rééduquant les cellules immunitaires pour qu’elles cessent d’aider le cancer et le détruisent.
« Nous avons pu aider les cellules immunitaires à faire ce qu’elles sont censées faire, c’est-à-dire attaquer et tuer les cellules cancéreuses », explique le Dr Susobhan Sarkar, premier auteur de cette étude. « Nous avons passé au crible 1 040 composés et avons découvert que la niacine avait les propriétés nécessaires pour activer les cellules immunitaires, en particulier les cellules myéloïdes, et inhiber la croissance des cellules souches initiatrices des tumeurs cérébrales ».

D’autres recherches pour confirmer le dosage exact

« Nous avons encore besoin des approbations de Santé Canada et de l’éthique. Il est extrêmement important de suivre des protocoles stricts et de mener d’abord un essai clinique, même si ce traitement implique deux thérapies bien connues. Il est important que les gens ne se précipitent pas pour essayer d’ajouter de la niacine à leur alimentation, car nous devons confirmer le dosage exact, l’administration et la durée pour obtenir des résultats cliniques optimaux ».
Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : University of Calgary
Crédit photo : Pixabay