tester-les-eaux-usées-pour-détecter-le-COVID-19
Les chercheurs de l’université de Cranfield travaillent sur un nouveau test pour détecter le SRAS-CoV-2 dans les eaux usées des communautés infectées par ce virus.

Tester les eaux usées

L’approche de l’épidémiologie basée sur les eaux usées (WBE) pourrait fournir un mécanisme de prédiction rapide de la propagation potentielle d’une nouvelle pneumonie à coronavirus (COVID-19) en détectant des biomarqueurs dans les fèces et l’urine des porteurs de la maladie qui pénètrent dans le réseau d’égouts.
Des kits de test rapide utilisant des appareils sur papier pourraient être utilisés sur place dans les stations d’épuration des eaux usées pour remonter à la source et déterminer s’il existe des porteurs potentiels du COVID-19 dans les zones locales.
Le Dr Zhugen Yang a déclaré : « dans le cas d’infections asymptomatiques dans la communauté ou lorsque les gens ne sont pas sûrs d’être infectés, la détection en temps réel des eaux usées grâce à des appareils d’analyse sur papier pourrait déterminer s’il y a des porteurs du COVID-19 dans une zone pour permettre un dépistage rapide, une mise en quarantaine et une prévention.
« Si le COVID-19 peut être surveillé dans une communauté à un stade précoce grâce au WBE, une intervention peut être entreprise le plus tôt possible pour limiter les mouvements de cette population, en s’efforçant de minimiser la propagation de l’agent pathogène et la menace pour la santé publique ».
Des études récentes ont montré qu’il est possible d’isoler le CoV-2 du SRAS vivant à partir des fèces et de l’urine des personnes infectées et que le virus peut généralement survivre pendant plusieurs jours dans un environnement approprié après avoir quitté le corps humain.

Un dispositif bon marché et facile à utiliser

Ce dispositif en papier est plié et déplié par étapes pour filtrer les acides nucléiques des agents pathogènes des échantillons des eaux usées, puis une réaction biochimique avec des réactifs préchargés permet de détecter si l’acide nucléique de l’infection par le CoV-2-SARS est présent. Les résultats sont visibles à l’œil nu : un cercle vert indique un résultat positif et un cercle bleu un résultat négatif.
« Nous avons déjà mis au point un dispositif sur papier permettant de tester le matériel génétique dans les eaux usées pour démontrer que cette approche est une preuve de concept viable, et cela offre un potentiel évident pour tester les infections », a ajouté le Dr Yang. « Ce dispositif est bon marché (coûtant moins d’un euro) et sera facile à utiliser pour les non-experts après de nouvelles améliorations.
« Nous prévoyons que ce dispositif sera en mesure d’offrir une image complète et immédiate de la santé de la population une fois que ce capteur pourra être déployé dans un proche avenir ».
Le WBE est déjà reconnu comme un moyen de retracer les drogues illicites et d’obtenir des informations sur la santé, les maladies et les agents pathogènes. Le Dr Yang a mis au point un dispositif similaire sur papier pour mener à bien des tests de diagnostic vétérinaire rapide en Inde et de dépistage du paludisme dans le sang chez les populations rurales en Ouganda.

Ils sont faciles à transporter 

Les appareils d’analyse sur papier sont faciles à entreposer et à transporter car ils sont minces et légers, et peuvent également être incinérés après une utilisation, ce qui réduit le risque de futures contaminations.
Cette recherche a été publiée dans Environmental Science & Technology.
Source : Cranfield University
Crédit photo : Pixabay

Tester les eaux usées pour détecter le COVID-19martinSociété
Les chercheurs de l'université de Cranfield travaillent sur un nouveau test pour détecter le SRAS-CoV-2 dans les eaux usées des communautés infectées par ce virus. Tester les eaux usées L'approche de l'épidémiologie basée sur les eaux usées (WBE) pourrait fournir un mécanisme de prédiction rapide de la propagation potentielle d'une nouvelle...