une-exoplanète-nous-en-dira-plus-sur-le-coeur-de-jupiter
Des astronomes ont découvert ce qui semble être le noyau d’une géante gazeuse autrefois imposante, qui est dépourvue de l’épais manteau de gaz qui l’entourait. Ce monde immense mais décrépit, le premier que nous ayons vu de ce genre, pourrait nous aider à comprendre comment les planètes se forment.

Une étrange exoplanète rocheuse

David Armstrong de l’université de Warwick, au Royaume-Uni, et ses collègues ont découvert cette étrange planète, appelée TOI-849b, en utilisant le satellite TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la NASA. TESS surveille les étoiles lointaines pour détecter les baisses périodiques de leur luminosité qui se produisent lorsqu’une planète passe devant elles. Ils les confirment ensuite par des mesures provenant de plusieurs autres observatoires.
Bien que TOI-849b soit plus petit que Neptune, il est 40 fois plus massif que la Terre, avec à peu près la même densité. Cela signifie que c’est probablement un monde rocheux, et non un monde gazeux comme Neptune – le plus grand monde rocheux que nous ayons jamais vu. Sa surface pourrait contenir près de 150 copies de la surface de la Terre.
« Nous ne voyons aucune autre planète de cette taille et de cette densité », dit Armstrong. Habituellement, un monde rocheux de cette taille devrait former une atmosphère épaisse et devenir une géante gazeuse semblable à Jupiter. Nous ne savons pas pourquoi ce n’est pas le cas.
Une idée est qu’il aurait pu être privé de gaz lors de sa formation, de sorte qu’il aurait pu construire un noyau mais pas d’atmosphère, mais on ne sait pas exactement ce qui en serait la cause. Il est peut-être plus probable qu’elle se soit formée comme une géante gazeuse ordinaire, mais qu’elle ait perdu son gaz, soit parce qu’elle s’est trop approchée de son étoile et que l’atmosphère a été arrachée, soit à la suite d’une collision catastrophique avec une autre planète géante.

Sa température est de 1500° Celsius

L’emplacement de cette planète est également inattendu. Elle tourne autour de son étoile une fois toutes les 18,4 heures, une orbite si proche que la température de cette planète est d’environ 1500° C. Habituellement, les planètes de la taille de Neptune si proches de leur étoile sont soit déchirées, soit partiellement vaporisées par le puissant rayonnement de l’étoile, ce qui a mené les astronomes à surnommer la zone dans laquelle TOI-849b tourne autour du « désert neptunien chaud ».
« Cette planète est vraiment bizarre, comparée aux planètes de notre système solaire mais aussi aux 4000 autres planètes que nous connaissons », déclare Carole Haswell de l’Open University, au Royaume-Uni.
« Parce qu’elle est unique, elle a le potentiel de remettre en question nos idées sur le fonctionnement de la formation des planètes car elle ne suit pas le chemin de l’évolution de la grande majorité des planètes que nous connaissons », dit-elle.
Si TOI-849b se formait comme une géante gazeuse normale avant qu’un événement ne déchire son atmosphère, elle pourrait également nous aider à mieux connaître les planètes plus proches de la Terre. « Il est très difficile d’étudier les noyaux des planètes », dit Armstrong. « Même dans le système solaire, nous ne savons pas grand-chose sur le noyau de Jupiter, ou de Saturne, Neptune ou Uranus, parce qu’il y a toute cette atmosphère en travers de la route. »

Nous en saurons plus avec la prochaine génération de télescopes

Cette planète peut avoir une atmosphère très fine qui se forme lorsque la chaleur de son étoile vaporise les roches et la poussière à sa surface. Si c’est le cas, la prochaine génération de puissants télescopes pourra peut-être utiliser cette atmosphère pour connaître la composition chimique de TOI-849b, ce qui pourrait nous aider à comprendre les planètes géantes de manière plus générale.
Cette recherche a été prépubliée dans arXiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay