COVID-19-perte-odeur-et-de-goût-validées-comme-symrômes
Selon une étude de l’UC San Diego Health, si vous avez une perte d’odorat et de goût, vous avez 10 fois plus de chances d’avoir une infection au COVID-19 que d’autres causes d’infection. Le premier signe d’une infection au COVID-19 le plus courant reste la fièvre, mais la fatigue et la perte de l’odorat et du goût suivent comme autres symptômes initiaux très courants ». « Nous savons que le COVID-19 est un virus extrêmement contagieux. Cette étude confirme la nécessité d’être conscient que la perte de l’odorat et du goût sont des signes précurseurs du COVID-19 »., explique Caroline Yan, otolaryngologiste.

La perte d’odorat et de goût des symptômes initiaux 

Yan et ses collègues ont interrogé 1 480 patients présentant des symptômes de type grippal et qui s’inquiétaient d’une éventuelle infection par le COVID-19, qui ont passé des tests à l’UC San Diego Health du 3 au 29 mars 2020. Sur ce total, 102 patients ont été testés positifs pour ce virus et 1 378 ont été testés négatifs. Cette étude a inclus les réponses de 59 patients positifs pour le COVID-19 et de 203 patients négatifs pour le COVID-19.
Yan a déclaré que cette étude a démontré la forte prévalence et la présentation unique de certaines déficiences sensorielles chez les patients positifs au COVID-19. Parmi ceux qui ont signalé une perte d’odorat et de goût, la perte était généralement profonde, et non légère. Mais, fait encourageant, le taux de récupération de l’odorat et du goût était élevé et se produisait généralement dans les deux à quatre semaines suivant l’infection.
« Notre étude a non seulement montré que la forte incidence de l’odeur et du goût est spécifique à l’infection COVID-19, mais nous avons heureusement aussi constaté que pour la majorité des gens, la récupération sensorielle était généralement rapide », a déclaré Yan.

Un retour sensoriel chez  70 % des patients

« Parmi les patients atteints du COVID-19 ayant perdu leur odorat, plus de 70 % avaient signalé une amélioration au moment de l’enquête et parmi ceux qui n’avaient pas signalé d’amélioration, plusieurs n’avaient été diagnostiqués que récemment ». Le retour sensoriel correspond généralement au moment de la guérison de cette maladie. Il est intéressant de noter que les chercheurs ont constaté que les personnes qui déclaraient avoir un mal de gorge étaient plus souvent testées négatives pour le COVID-19.
Afin de réduire le risque de transmission du virus, UC San Diego Health inclut désormais la perte de l’odorat et du goût comme exigence de dépistage pour les visiteurs et le personnel, ainsi qu’un marqueur pour tester les patients qui pourraient être positifs pour le virus.
Les autres symptômes connus du COVID-19 sont la fièvre, la fatigue, la toux et les difficultés respiratoires. Les personnes interrogées dans le cadre de cette étude étaient le plus souvent des personnes atteintes des formes plus légères de l’infection par le COVID-19 qui n’ont pas eu besoin d’être hospitalisées ou intubées. Ces résultats, dit-elle, soulignent l’importance d’identifier les symptômes précoces ou subtils chez les personnes qui risquent de transmettre cette maladie lorsqu’elles se rétablissent au sein de la communauté.

Une mesure de dépistage de ce virus

« Nous espérons qu’avec ces résultats, d’autres institutions suivront le mouvement et ne se contenteront pas d’inscrire la perte d’odeur et de goût comme symptôme du COVID-19, mais l’utiliseront comme mesure de dépistage du virus dans le monde entier », a déclaré Mme Yan.
Cette recherche a été publiée dans International Forum of Allergy & Rhinology.
Source : University of California San Diego
Crédit photo : Pixabay