les-bébé-allaités-ont-moins-de-virus-les-intestins
Un ensemble de bactéries intestinales saines semble jouer un rôle vital pour nous protéger contre une foule de troubles – mais qu’en est-il des milliards de virus qui interagissent avec ces bactéries ? Bien que les bébés semblent naître sans aucun de ces virus, leurs intestins abritent des milliards de bactéries au cours du premier mois de leur vie – et la communauté de virus est déterminée par le fait que le bébé a été allaité ou non.

L’allaitement détermine la présence de virus

De nombreuses études menées au cours de la dernière décennie ont montré que la collection de bactéries dans nos intestins – connue sous le nom de microbiome – est impliquée dans toute une série de maladies. La perturbation des bactéries intestinales a été liée à l’obésité, au diabète, à la dépression et à la maladie de Parkinson, et plusieurs autres. Mais on sait peu de choses sur les virus.
La plupart des virus présents dans nos intestins semblent infecter les bactéries qui les tapissent. Mais nous ne savons pas vraiment ce qu’ils font – la grande majorité n’apparaît pas dans les bases de données de virus existantes. C’est en partie parce qu’il y a une très grande variété de virus qui n’ont pas encore été étudiés.
« Chez un adulte en bonne santé, si nous prenons un peu de matière fécale et purifions les particules semblables à des virus, nous trouvons quelque chose comme un milliard de particules par gramme », explique Frédéric Bushman de l’université de Pennsylvanie.

Les bébés naissent sans virus

Pour en savoir plus sur ces virus, Bushman et ses collègues ont étudié 20 bébés. Ils ont prélevé des échantillons de matières fécales quelques jours après la naissance, puis lorsque les bébés avaient 1 mois et 4 mois.
L’équipe a recherché des particules semblables à des virus dans chaque échantillon. On pense que ces particules sont des virus et ressemblent à des virus, mais elles n’ont pas été soumises à divers tests pour confirmer qu’elles le sont vraiment.
À la naissance, seuls trois des bébés semblaient avoir un virus dans leur méconium – leurs premières selles. Cela suggère que les bébés naissent sans virus, et qu’ils collectent leurs premiers virus soit pendant la naissance, soit peu après, explique Bushman. Mais en un mois, les bébés avaient atteint un niveau de virus comme un adulte.
Comme pour les adultes, la plupart de ces virus semblent être du type qui infecte les bactéries. Mais certains sont connus pour infecter des cellules humaines. Les virus de ce type étaient moins fréquents chez les bébés qui avaient été allaités, a constaté l’équipe.

Des composés limiteraient la croissance des virus

Bushman pense que les protéines et les sucres présents dans le lait maternel pourraient contribuer à limiter la croissance de ces virus. Le fait d’avoir moins de virus pourrait protéger un bébé contre les infections, dit Bushman. Il souligne que l’allaitement a été lié à d’autres effets positifs sur la santé – nous ne savons pas encore dans quelle mesure cet effet pourrait être lié à la présence de virus dans les intestins.
L’équipe a trouvé le même schéma dans un groupe de 125 bébés aux États-Unis âgés de 3 à 4 mois, et 100 bébés au Botswana âgés de 4 mois.
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay