un-composé-anti-cancer-dans-écorce-des-saules
Des chercheurs de Rothamsted, travaillant avec des biologistes du cancer à l’Université de Kent, ont découvert un produit chimique, la miyabéacine, dans le saule, qui s’est avéré capable de tuer diverses cellules cancéreuses, y compris celles résistantes à d’autres médicaments.

Un puissant anti-cancer dans le saule

Son activité contre le neuroblastome, un cancer difficile à traiter et un cancer infantile courant où le taux de survie est inférieur à 50%, est particulièrement intéressante. Lors des tests en laboratoire, la miyabéacine s’est également révélée efficace contre plusieurs lignées cellulaires de cancer du sein, de la gorge et des ovaires.
Le professeur Mike Beale de Rothamsted, coresponsable de cette étude, a déclaré que si l’activité pharmaceutique de la salicine, l’ingrédient actif de l’aspirine, est bien connue, les propriétés pharmacologiques de la miyabéacine sont potentiellement encore plus importantes.
«La résistance au traitement étant un problème important dans les cancers tels que le neuroblastome, de nouveaux médicaments avec de nouveaux modes d’action sont nécessaires et la miyabéacine offre peut-être une nouvelle opportunité à cet égard. »
«Structurellement, il contient deux groupes de salicine qui lui confèrent un« double effet» potentielle anti-inflammatoire et anti-coagulante que nous associons à l’aspirine. Cependant, nos résultats faisant état de l’activité de la miyabéacine contre un certain nombre de lignées cellulaires cancéreuses, y compris les lignées cellulaires avec une résistance aux médicaments acquise, ajoutent des preuves supplémentaires pour la pharmacologie à multiples facettes du saule. »

La miyabéacine serait efficace contre plusieurs types de cancer

Après les cancers du cerveau, le neuroblastome est la tumeur solide, qui est la plus fréquente chez les moins de cinq ans, l’équipe a testé la miyabéacine contre une gamme de lignées cellulaires cancéreuses. Les premiers tests de viabilité cellulaire ont été effectués sur une lignée cellulaire de neuroblastome établie à partir d’un patient atteint de ce cancer de stade 4, et un sous-groupe résistant aux médicaments.
Le professeur Beale dit que les prochaines étapes consistent à augmenter la production de miyabeacin à partir des saules d’élevage et à fournir plus de matériel pour des tests médicaux supplémentaires.
L’utilisation de l’écorce de saule en médecine a été utilisé par les anciennes civilisations grecques, assyriennes et égyptiennes, mais la première enquête scientifiquement rapportée sur le saule comme remède contre la fièvre remonte à 1763. En 1897, Bayer a produit l’analogue synthétique, l’aspirine (acétylsalicylate), l’un des médicaments inspirés de la nature les plus anciens et les plus efficaces.

Des composés négligés par la science moderne

«Peut-être en raison du succès de l’aspirine, l’évaluation médicinale d’autres salicinoïdes dans le saule a été principalement négligée par la science moderne, et la collection nationale de saules que nous avons s’est avérée être une mine d’or de nouvelle chimie passionnante, qui sous-tend peut-être sa position dans les thérapies anciennes , » explique-t-il.
Cette recherche a été publieé dans Scientific Reports.
Source : Rothamsted Research
Crédit photo : Pixabay

Un composé anti-cancer dans l'écorce des saulesmartinChimie
Des chercheurs de Rothamsted, travaillant avec des biologistes du cancer à l'Université de Kent, ont découvert un produit chimique, la miyabéacine, dans le saule, qui s'est avéré capable de tuer diverses cellules cancéreuses, y compris celles résistantes à d'autres médicaments. Un puissant anti-cancer dans le saule Son activité contre le neuroblastome,...