COVID-19-pourquoi-infection-est-pire-chez-les-hommes
Des chercheurs du Montefiore Health System et de l’Albert Einstein College of Medicine ont peut-être résolu un mystère entourant la nouvelle pandémie de coronavirus: pourquoi les hommes infectés par ce virus présentent généralement des symptômes plus graves et sont plus susceptibles que les femmes de mourir du COVID-19.

Une analyse de la clairance virale

En collaboration avec l’hôpital de Kasturba pour les maladies infectieuses à Mumbai, en Inde, les scientifiques ont montré pour la première fois que les hommes éliminent ce virus de leur corps plus lentement que les femmes et ont trouvé une explication possible: un «réservoir» potentiel réservé aux hommes pour le coronavirus.
«Les études sur ce nouveau virus dans le monde entier ont systématiquement montré une incidence plus élevée et une plus grande gravité chez les hommes par rapport aux femmes», explique Aditi Shastri, professeur adjoint de médecine à Einstein. « Notre étude collaborative a révélé que les hommes ont plus de difficulté à éliminer le coronavirus après une infection, ce qui pourrait expliquer leurs problèmes plus graves avec cette maladie. »
L’analyse de la clairance virale a impliqué 68 personnes (48 hommes et 20 femmes) présentant des symptômes du COVID-19 qui ont été examinées à l’hôpital indien de Kasturba pour les maladies infectieuses, à Mumbai. Après avoir subi des tests d’écouvillonnage nasal initiaux indiquant une infection, les individus ont été re-testés avec des tampons en série jusqu’à ce que les tests deviennent négatifs, indiquant le temps nécessaire pour éliminer le coronavirus. Les femmes ont éliminé ce virus beaucoup plus tôt que les hommes: une médiane de quatre jours pour les femmes contre six jours pour les hommes.
Ensuite, trois familles de Mumbai ont été identifiées dans lesquelles des hommes et des femmes avaient été testés positifs pour l’infection à coronavirus sur des tests par écouvillon. Encore une fois, les femmes des trois familles ont éliminé le coronavirus plus tôt que les hommes de la même famille.

Les testicules ont plus de récepteurs ACE2

Pourquoi les hommes ont-ils de la difficulté à se débarrasser de leurs infections? À la recherche d’une explication moléculaire, les chercheurs se sont concentrés sur la façon dont l’infection à coronavirus se produit. Pour infecter les cellules, les coronavirus doivent d’abord se verrouiller sur des protéines bien connues, appelées récepteurs ACE2. Les types de cellules exprimant des niveaux abondants d’ACE2 sur leurs surfaces seraient théoriquement les plus sensibles à l’infection.
Les chercheurs ont consulté trois bases de données indépendantes contenant des informations sur l’expression de l’ACE2 dans différents tissus. Ils ont découvert que les testicules, ainsi que les poumons et les reins, faisaient partie des zones du corps présentant l’expression la plus élevée d’ACE2. En revanche, l’ACE2 n’a pas pu être détecté dans les tissus des ovaires, l’équivalent féminin des testicules.
Le Dr Shastri souligne que la capacité du nouveau coronavirus à infecter et à se multiplier dans le tissu testiculaire doit être confirmée, mais explique que cela ne la surprend pas. Une étude récente en Chine a comparé les niveaux et les ratios d’hormones sexuelles chez les patients masculins atteints du COVID-19 par rapport aux hommes en bonne santé du même âge.

Des essais cliniques pour valider cette découverte

Les résultats ont indiqué que les patients atteints du COVID-19 avaient présenté une altération de la fonction testiculaire – une preuve que les testicules peuvent être significativement affectés lorsque les hommes développent le COVID-19. Une telle complication pourrait avoir d’importantes implications médicales et de santé publique, note-t-elle, et mérite d’être étudiée par des essais cliniques.
Cette recherche a été prépubliée dans MedRxiv.
Source : Albert Einstein College of Medicine
Crédit photo : Pexels