une-faible-régulation-de-humeur-chez-les-dépressifs
Les experts de l’Université d’Oxford estiment que les périodes de confinement pendant la situation du COVID-19 risquent d’exacerber les problèmes de régulation de l’humeur.

Le COVID-19 et la régulation de l’humeur

L’humeur varie d’heure en heure, au jour le jour, et une bonne régulation de l’humeur implique de choisir des activités qui aident à régler son humeur. Cependant, dans les situations où les choix personnels d’activités sont limités, comme pendant de confinement, cette régulation naturelle de l’humeur est altérée, ce qui peut entraîner une dépression.
Une nouvelle recherche du département de psychiatrie de l’Université d’Oxford, suggère qu’une nouvelle cible pour le traitement et la réduction de la dépression est de soutenir la régulation naturelle de l’humeur.
Cette nouvelle étude a examiné 58 328 participants de pays à faibles, moyens et hauts revenus, comparant des personnes de faible humeur ou ayant des antécédents de dépression avec celles de forte humeur. Dans une série d’analyses, cette étude a examiné comment les gens régulent leur humeur par le choix de leurs activités quotidiennes.

L’homéostasie de l’humeur

Dans la population générale, il existe un lien étroit entre la façon dont les gens se sentent actuellement et les activités qu’ils choisissent d’entreprendre ensuite. Ce mécanisme – l’homéostasie de l’humeur, la capacité à stabiliser l’humeur par le biais d’activités – est altéré chez les personnes d’une humeur dépressive et peut même être absent chez ces personnes.
Maxime Taquet, docteur de la Fondation académique de l’Université d’Oxford, a déclaré : « en formant les gens à augmenter leur propre homéostasie de l’humeur, c’est-à-dire la façon dont une personne régule naturellement son humeur par ses choix d’activités, nous pourrions être en mesure de prévenir ou de mieux traiter la dépression. Cela est probablement important dans les périodes de confinement et d’isolement social, lorsque les gens sont plus vulnérables à la dépression et lorsque les choix d’activités semblent limités. Les résultats de nos recherches ouvrent la porte à de nouvelles possibilités de développement et d’optimisation des traitements de la dépression, qui pourraient être bien adaptées aux traitements sous forme d’applications pour smartphones, mises à la disposition d’une large population qui n’a parfois pas accès aux traitements existants ».
À l’aide de simulations informatiques, cette étude a montré que l’homéostasie de l’humeur basse permettait de prévoir des épisodes dépressifs plus fréquents et plus longs. Cette recherche suggère qu’en surveillant l’humeur en temps réel, des systèmes intelligents pourraient faire des recommandations d’activité pour augmenter la régulation de l’humeur et une telle intervention pourrait être effectuée à distance, améliorant ainsi l’accès au traitement pour les patients pour lesquels les soins ne sont pas facilement disponibles, y compris les pays à faible et moyen revenu.

Tenir compte de la culture des individus

Il est important de noter que certaines associations entre les activités et l’humeur sont très spécifiques à la culture. Par exemple, l’exercice physique a entraîné la plus forte augmentation de l’humeur dans les pays à revenu élevé, alors que la religion l’a fait dans les pays à faible et moyen revenu. Les interventions visant à améliorer la régulation de l’humeur devront être spécifiques à la culture et tenir compte des contraintes et des préférences des personnes.
À l’échelle mondiale, plus de 264 millions de personnes de tous âges souffrent de dépression et la majorité des cas, soit 80 %, se trouvent dans les pays à faibles et moyens revenus, malgré la rareté des recherches menées dans ces pays. Le trouble dépressif majeur est une cause d’invalidité plus importante dans le monde que le diabète ou le cancer du poumon. Il est donc essentiel, de savoir bien gérer son humeur.
Cette recherche a été publiée dans JAMA Psychiatry.
Source : University of Oxford
Crédit photo : Pexels

Une faible régulation de l'humeur chez les dépressifsmartinBiologie
Les experts de l'Université d'Oxford estiment que les périodes de confinement pendant la situation du COVID-19 risquent d'exacerber les problèmes de régulation de l'humeur. Le COVID-19 et la régulation de l'humeur L'humeur varie d'heure en heure, au jour le jour, et une bonne régulation de l'humeur implique de choisir des activités...