un-implant-permet-à-un-homme-de-ressentir-avec-sa-main
Un implant cérébral a redonné du mouvement et le sens du toucher à la main d’un homme souffrant d’une grave lésion de la moelle épinière. Patrick Ganzer du Battelle Memorial Institute aux États-Unis et ses collègues ont mis au point une interface cerveau-ordinateur (BCI) qui a permis à Ian Burkhart, 28 ans, de saisir et de sentir à nouveau des objets.

Un implant cérébral a redonné le sens du toucher

Burkhart souffre d’une grave lésion de la partie supérieure de la moelle épinière et est complètement paralysé des mains et des jambes, mais il peut bouger ses coudes et ses épaules. Il s’est fait poser un implant cérébral en 2014 dans le cadre de recherches visant à restaurer le mouvement de son bras droit.
Le BCI utilise l’implant pour enregistrer l’activité cérébrale qui est envoyée à un processeur qui décode ces signaux en mouvements, qui à leur tour alimentent des bandes autour de l’avant-bras qui activent électriquement les muscles de la main.
« Nous avons fait beaucoup de progrès au cours des six dernières années : il peut jouer à Guitar Hero, passer sa carte de crédit et faire une vingtaine de prises de main différentes », explique Ganzer.
Mais comme Burkhart n’avait aucune sensation dans ses mains, il n’avait auparavant aucun sens du toucher ou de la pression lorsqu’il saisissait des objets, et s’il avait les yeux bandés, il n’était pas capable de détecter de petits objets comme un crayon.

L’implant enregistre un faible signal sensoriel

Les chercheurs ont découvert que bien que la main de Burkhart ne puisse rien ressentir, l’implant cérébral enregistre toujours un faible signal sensoriel lorsqu’il touche un objet. Ils ont amplifié ce signal en incorporant une bande autour du biceps qui vibre lorsque la main de Burkhart reçoit des informations sensorielles.
Ainsi, Burkhart est capable de détecter des objets par le seul toucher. Le BCI est également capable de détecter différents niveaux de toucher et d’ajuster la force des mouvements de la main en fonction de l’objet – une prise légère, par exemple, pour un gobelet en papier.
Les chercheurs pensent que c’est le premier BCI qui peut simultanément restaurer le mouvement et le toucher. Lorsque l’implant cérébral a été inséré, il était destiné uniquement à contrôler le mouvement, mais le toucher supplémentaire est possible parce qu’il y a un certain chevauchement entre les zones sensorielles et motrices dans le cerveau de Burkhart, dit Ganzer.

Cette recherche a été publiée dans Cell.
Source : New Scientist
Crédit photo :  Capture d’écran (vidéo)