confectionner-vos-masques-faciaux-facilement
Dans le sillage de la pandémie du COVID-19, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies recommandent aux gens de porter des masques en public. Comme le N95 et les masques chirurgicaux sont rares et devraient être réservés aux travailleurs de la santé, de nombreuses personnes font leurs propres masques. Maintenant, des chercheurs rapportent qu’une combinaison de coton avec de la soie naturelle ou de la mousseline peut efficacement filtrer les particules d’aérosol – si l’ajustement est bon.

Du coton avec de la soie naturelle ou de la mousseline

On pense que le SRAS-CoV-2, le nouveau coronavirus qui provoque le COVID-19, se propage principalement par les gouttelettes respiratoires lorsqu’une personne infectée tousse, éternue, parle ou respire. Ces gouttelettes se forment dans une large gamme de tailles, mais les plus minuscules, appelées aérosols, peuvent facilement se glisser par les ouvertures entre certaines fibres de tissu, ce qui amène certaines personnes à se demander si les masques en tissu peuvent réellement aider à prévenir cette maladie.
C’est pourquoi Supratik Guha, de l’université de Chicago, et ses collègues ont voulu étudier la capacité des tissus courants, seuls ou en combinaison, à filtrer des aérosols de taille similaire aux gouttelettes respiratoires.
Les chercheurs ont utilisé une chambre de mélange d’aérosols pour produire des particules d’un diamètre allant de 10 nm à 6 μm. Un ventilateur a soufflé l’aérosol sur divers échantillons de tissu à un débit d’air correspondant à la respiration d’une personne au repos, et l’équipe a mesuré le nombre et la taille des particules dans l’air avant et après leur passage à travers le tissu.

Une performance proche des masques N95

Une couche d’un drap de coton tissé serré combinée à deux couches de mousseline de polyester-spandex – un tissu transparent souvent utilisé dans les robes de soirée – a filtré la plupart des particules d’aérosol (80-99%, selon la taille des particules), avec une performance proche de celle d’un matériau de masque N95. Le remplacement de la mousseline par de la soie naturelle ou de la flanelle, ou simplement l’utilisation d’une courtepointe en coton avec un molleton en coton-polyester, a donné des résultats similaires.
Les chercheurs soulignent que les tissus tissés serrés, comme le coton, peuvent agir comme une barrière mécanique contre ces particules, tandis que les tissus qui contiennent une charge statique, comme certains types de mousseline et de soie naturelle, servent de barrière électrostatique. Cependant, un écart de 1 % réduit l’efficacité de filtrage de tous les masques de moitié ou plus, ce qui souligne l’importance d’un masque bien ajusté.
Cette recherche a été publiée dans ACS Nano.
Source : American Chemical Society
Crédit photo : Pixabay

Confectionner vos masques faciaux facilementmartinSociété
Dans le sillage de la pandémie du COVID-19, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies recommandent aux gens de porter des masques en public. Comme le N95 et les masques chirurgicaux sont rares et devraient être réservés aux travailleurs de la santé, de nombreuses personnes font...