découverte-de-19-nouveaux-astéroïdes-interstellaires
Deux chercheurs affirment avoir trouvé des preuves que 19 objets en orbite autour de notre Soleil ont pris naissance autour d’une autre étoile, suggérant que des  objets interstellaires dans notre système solaire pourraient être plus courants qu’on ne le pense.

19 nouveaux objets en orbite autour de notre Soleil

Fathi Namouni, de l’Observatoire de la Côte d’Azur en France, et Helena Morais, de l’Université de l’État de São Paulo au Brésil, ont utilisé un superordinateur pour simuler l’évolution des orbites d’objets appelés centaures, qui se trouvent entre Jupiter et Neptune, depuis l’aube du système solaire.
Ils ont découvert que les orbites de 17 de ces objets, qui présentent des similitudes à la fois avec des astéroïdes et des comètes, pouvaient s’expliquer par le fait qu’ils ont été capturés par notre Soleil au début de sa vie. Deux autres astéroïdes en orbite autour de Neptune, appelés objets trans-neptuniens (TNOs), semblent également avoir une origine similaire.
« Nous avons suivi leur mouvement dans le temps jusqu’à 4,5 milliards d’années et nous avons découvert que tous ces objets [étaient] perpendiculaires au plan du système solaire », dit Namouni. « Cela nous indique qu’ils ne pouvaient pas faire partie du système solaire et qu’ils ont dû être capturés. »
Les chercheurs pensent que ces 19 objets ont été capturés lorsque le Soleil primitif était entouré d’un disque protoplanétaire de poussière et de gaz. Ce matériau aurait pu ralentir l’arrivée d’objets provenant d’autres jeunes étoiles nées à proximité, bien que l’on pense que ces 19 objets n’ont pas tous la même origine.
À ce jour, seuls deux objets interstellaires connus ont été définitivement identifiés dans notre système solaire : l’astéroïde « Oumuamua » en 2017, et la comète 2I/Borisov en 2019. Mais en 2018, Namouni et Morais ont également revendiqué la découverte d’un objet interstellaire en orbite autour du Soleil, appelé 2015 BZ509, qui tourne à l’envers par rapport au mouvement des planètes, bien que certains soient sceptiques et suggèrent qu’il pourrait plutôt provenir du nuage de Oort dans le système solaire externe.

Il y en aurait plusieurs autres

On pense que de nombreux objets interstellaires de ce type traversent constamment notre galaxie, et que beaucoup d’entre eux passent également par notre système solaire. Cependant, comme ces objets passent à grande vitesse devant notre Soleil, nous n’avons généralement qu’une brève fenêtre pour les étudier. Si, au contraire, de nombreux objets interstellaires sont en permanence en orbite autour du Soleil, cela ouvrirait de nouvelles voies pour étudier les objets nés autour d’autres étoiles.
Des études avec des télescopes devraient être possibles, mais un vaisseau spatial pourrait être plus difficile à réaliser, selon Colin Snodgrass de l’université d’Édimbourg au Royaume-Uni, chef adjoint de la mission Comet Interceptor de l’Agence spatiale européenne. « Toute mission nécessiterait une grosse fusée pour aller là-bas », dit-il. « Il y a une raison pour laquelle nous n’avons pas eu de mission vers un centaure. »
Cependant, Alan Fitzsimmons, de l’université Queen’s de Belfast au Royaume-Uni, affirme que si les orbites des deux TNOs peuvent être expliquées comme provenant de l’espace interstellaire, il n’est pas aussi sûr pour les centaures. « La plupart d’entre eux sont sur des orbites instables qui ne survivent généralement que quelques millions d’années », dit-il. « Cela implique donc que la probabilité qu’un de ces centaures provienne du nuage interstellaire de naissance du Soleil est extrêmement faible. »

Un chercheur croit qu’ils ne seraient pas d’origine interstellaire

Kat Volk, de l’université d’Arizona aux États-Unis, affirme quant à lui qu’il est difficile de retracer l’histoire d’un objet particulier. « Ces objets à forte inclinaison sont intéressants et présentent un défi pour les modèles de formation et d’évolution du système solaire, mais je ne pense pas qu’une origine interstellaire soit convaincante sur la base de ces travaux », dit-elle.
Namouni, cependant, dit que ces centaures sont sur des orbites stables, et il est « très » confiant que ces 19 objets sont tous d’origine interstellaire. « De mon point de vue, ils sont confirmés », dit-il. « Ce que nous devons faire, c’est aller les observer et essayer de voir s’ils ressemblent ou non à des astéroïdes de notre système solaire ».
Cette recherche a été publiée dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay