des-implants-dans-le-cerveau-contre-anorexie
Selon une petite étude, certaines femmes souffrant d’anorexie ont retrouvé un poids sain et se sentent moins anxieuses et déprimées après s’être fait implanter des appareils électriques dans le cerveau. Mais des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que ce traitement puisse être recommandé pour une utilisation plus répandue.

Des appareils électriques dans le cerveau

Environ une personne sur cinq souffrant d’anorexie mentale, en majorité des femmes, meurt de cette maladie et il y a un manque de traitements efficaces. Des études d’imagerie suggèrent que certains circuits cérébraux pourraient être à l’origine de la peur de prendre du poids et de la compulsion à s’affamer.
Bomin Sun, de l’école de médecine de l’université Jiao Tong de Shanghai en Chine, et ses collègues se sont demandé s’ils pouvaient perturber ces circuits en stimulant électriquement une partie du cerveau appelée noyau accumbens. Cette région du cerveau nous aide à apprendre par expérience, mais chez les personnes anorexiques, elle semble former des connexions anormales avec d’autres régions du cerveau.
L’équipe a recruté 28 femmes ayant été au moins trois ans dans un état anorexique et dont l’état ne s’était pas amélioré à la suite d’un traitement normal. Ces femmes avaient un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 13 ; un IMC inférieur à 18,5 est considéré comme une insuffisance pondérale. Les chercheurs ont implanté chirurgicalement des électrodes dans le noyau accumbens des deux côtés du cerveau de ces femmes, en les reliant à une pile pour une stimulation continuelle de cette région du cerveau.
Au cours des deux années suivantes, l’IMC moyen des participantes est passé à 18 et près de la moitié d’entre elles ont retrouvé un IMC de 18,5 ou plus. Ils ont également déclaré ressentir moins de symptômes d’anxiété et de dépression et avoir moins d’effets négatifs sur leur vie sociale.

Possible effet placebo

« C’est un résultat très prometteur », déclare Philip Mosley de l’Institut de recherche médicale QIMR Berghofer en Australie. Mais cette étude n’a pas inclus de groupe placebo pour la comparaison, ce qui signifie qu’il n’est pas possible d’exclure que cette amélioration était simplement due au fait qu’elles s’attendaient à ce que ce traitement fonctionne, dit Mosley.
Lui et ses collègues sont sur le point de lancer un essai pour ce même traitement dans lequel ils contrôleront l’effet placebo. Ils vont implanter des électrodes dans le noyau accumbens de 10 personnes souffrant d’anorexie, mais pendant les quatre premiers mois, seule la moitié d’entre elles auront les électrodes activées.
Les participants ne sauront pas si leurs électrodes sont activées ou désactivées. Si l’amélioration est plus importante lorsque les électrodes sont activées, il sera plus facile de savoir si ce traitement fonctionne.

Une maladie mortelle

La chirurgie du cerveau peut sembler être un traitement extrême, mais pour les personnes souffrant d’anorexie sévère, elle peut être meilleure que l’alternative, qui est souvent la mort, dit Mosley. « L’anorexie a le taux de mortalité le plus élevé de toutes les maladies psychiatriques – c’est une maladie étonnamment sinistre », dit-il.
« Nous espérons que ce traitement aidera certaines personnes qui sont à l’extrémité de l’échelle de cette maladie et qui ont souffert pendant des années et ont essayé tous les autres traitements fondés sur des preuves ».
Cette recherche a été publiée dans Brain Stimulation.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Des implants dans le cerveau contre l'anorexiemartinTechnologie
Selon une petite étude, certaines femmes souffrant d'anorexie ont retrouvé un poids sain et se sentent moins anxieuses et déprimées après s'être fait implanter des appareils électriques dans le cerveau. Mais des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que ce traitement puisse être recommandé pour une utilisation plus répandue. Des appareils...