des-chercheurs-ont-cloné-le-coronavirus
Des chercheurs en virologie et en bactériologie vétérinaire de l’université de Berne ont cloné le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2). Ces clones synthétiques sont utilisés par des groupes de recherche du monde entier pour trouver des médicaments antiviraux et développer des vaccins le plus rapidement possible. La méthode développée à Berne pourra également être utilisée à l’avenir pour combattre d’autres virus hautement infectieux.

Des clones du nouveau virus

Dans le laboratoire de haute sécurité de l’Institut de virologie et d’immunologie, les chercheurs ont réussi à reconstruire le coronavirus à partir d’ADN synthétique. Des copies d’ADN contenant des parties du génome du coronavirus ont été introduites dans des cellules de levure et assemblées en une copie complète. Les chercheurs ont ensuite utilisé ces copies pour produire des coronavirus infectieux.
« Nous avons répliqué ce virus en une semaine », explique le professeur Volker Thiel de l’Institut de virologie et d’immunologie. Les chercheurs ont utilisé un système de cellules de levure mis au point à Berne, qui a maintenant prouvé sa valeur pour la première fois dans une situation d’épidémie. « Nous avons optimisé ce système pour nous permettre de cloner rapidement des coronavirus et d’autres virus », ajoute le professeur Jörg Jores de l’Institut de bactériologie vétérinaire de l’Université de Berne. La méthode de Berne permet de réagir rapidement aux nouveaux virus qui se propagent et à leurs caractéristiques en temps réel, c’est-à-dire pendant une épidémie.

Procéder à des tests plus rapidement

Les résultats provisoires de cette étude, qui ont également suscité de l’intérêt de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), étaient déjà disponibles pour une consultation scientifique sur un serveur de pé-publication. Le groupe du professeur Thiel a soutenu de nombreux laboratoires dans le monde en fournissant les clones synthétiques, permettant de procéder à des tests plus rapides et plus précis. Les chercheurs bernois ont également été inondés de demandes d’entreprises et de collègues chercheurs pour tester des agents antiviraux potentiels avec ces clones dans le laboratoire de haute sécurité.
Le nombre d’infections causées par le nouveau coronavirus s’élève actuellement à plus de 3 500 000 dans le monde. Les chercheurs et les entreprises pharmaceutiques du monde entier travaillent sous une pression intense pour développer des vaccins. Les virus synthétiques clonés à Berne représentent une avancée majeure dans le diagnostic des échantillons de patients et le développement de nouveaux agents antiviraux. Les virus sont difficiles à cloner : ils sont plus petits que les plus petites bactéries et extrêmement variables. « Notre système qui utilisant des cellules de levure montre qu’il est parfaitement adapté à la reconstruction de coronavirus et d’autres virus », explique le professeur Thiel.

Comment le coronavirus a été cloné

Comme les parasites, les virus dépendent d’une cellule hôte pour se reproduire – ils envahissent les cellules du corps et les reprogramment pour produire de nouveaux virus. Ceux-ci s’échappent de la cellule et se propagent, par exemple par une infection par gouttelettes (toux ou éternuements). Dans le modèle de Berne, des morceaux du génome du coronavirus ont été produits à partir d’ADN synthétique, puis réassemblés dans des cellules de levure grâce à un processus connu sous le nom de recombinaison associée à la transformation (TAR).
Le résultat était un chromosome artificiel de levure sur lequel l’information génétique du virus était stockée. L’ARN infectieux a ensuite été produit in vitro (sans cellules de levure) en utilisant l’ARN polymérase T7 comme catalyseur. L’ARN résultant a été introduit dans des cellules animales, où de nouveaux coronavirus synthétiques se sont ensuite multipliés – produisant ainsi des clones.
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : University of Bern
Crédit photo : Pixabay

Des chercheurs ont cloné le coronavirus martinbiothechnologie
Des chercheurs en virologie et en bactériologie vétérinaire de l'université de Berne ont cloné le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2). Ces clones synthétiques sont utilisés par des groupes de recherche du monde entier pour trouver des médicaments antiviraux et développer des vaccins le plus rapidement possible. La méthode développée à Berne...