COVID-19-traiter-seulement-insuffisance-respiratoire-fonctionnerait
Les cliniciens de deux hôpitaux de Boston rapportent que la majorité des patients atteints du COVID-19, même les plus malades, ceux qui ont besoin de ventilateurs dans les unités de soins intensifs, se portent mieux lorsqu’ils reçoivent un traitement contre l’insuffisance respiratoire conforme aux directives existantes.

Traiter l’insuffisance respiratoire

Au cours de la pandémie du COVID-19, les hôpitaux du monde entier ont partagé leurs expériences anecdotiques pour aider à informer les soins que les patients touchés ont reçus, mais ces anecdotes ne révèlent pas toujours les meilleures stratégies pour de bons traitements, et elles peuvent même entraîner des dommages.
Afin de fournir des informations plus fiables, une équipe dirigée par C. Corey Hardin, professeur adjoint de médecine, a examiné attentivement les dossiers de 66 patients gravement malades atteints du COVID-19 qui ont subi une insuffisance respiratoire et ont été mis sous respirateur, en prenant note de leurs réactions aux soins qu’ils ont reçus.
Les enquêteurs ont découvert que les cas les plus graves de COVID-19 entraînent un syndrome appelé syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), une affection pulmonaire pouvant être mortelle et causée par un large éventail d’agents pathogènes. « La bonne nouvelle est que nous étudions le SDRA depuis plus de 50 ans et que nous disposons d’un certain nombre de thérapies efficaces basées sur des preuves pour le traiter », a déclaré le Dr Hardin.

La ventilation en décubitus ventral

« Nous avons appliqué ces traitements – comme la ventilation en décubitus ventral où les patients sont retournés sur le ventre – aux patients de notre étude et ils y ont répondu comme nous nous y attendions de la part des patients atteints de SDRA ».
Il est important de noter que le taux de mortalité chez les patients gravement malades traités par le COVID-19 – 16,7% – n’était pas aussi élevé que ce qui a été rapporté par d’autres hôpitaux. De plus, sur un suivi médian de 34 jours, 75,8% des patients sous respirateur ont été autorisés à sortir de l’unité des soins intensifs.
« Sur cette base, nous recommandons aux cliniciens de fournir des traitements contre le SDRA basés sur des preuves aux patients souffrant d’insuffisance respiratoire due au COVID-19 et d’attendre les essais cliniques standardisés avant d’envisager de nouvelles thérapies », a déclaré le coauteur principal Jehan Alladina, instructeur en médecine.
Cette recherche a été publiée dans American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.
Source : Massachusetts General Hospital
Crédit photo : Pexels