des-nanofibres-aident-à-cicatriser-les-blessures
Les antioxydants sont importants pour combattre le processus d’oxydation, qui peut altérer les aliments et l’alcool et nuire aux cellules du corps. Maintenant, des chercheurs de l’université Texas A&M ont tissé des antioxydants dans des nappes de nanofibres, qui libèrent lentement les composés vitaux et pourraient être utiles pour les revêtements alimentaires ou les bandages.

Des nappes de nanofibres antioxydantes 

L’oxydation est une réaction chimique qui, en termes plus simples, arrache des électrons à un atome ou à une molécule. L’exemple le plus connu pourrait être celui du fer qui réagit avec l’oxygène et devient rouillé, mais il est également présent naturellement dans le corps.
Des atomes instables appelés radicaux libres volent des électrons à d’autres molécules du corps, provoquant des dommages cellulaires connus sous le nom de stress oxydatif. L’oxydation se produit également lorsque les aliments ou l’alcool sont exposés trop longtemps à l’air, ce qui ruine souvent le goût de ces aliments.
Les antioxydants, comme leur nom l’indique, entravent ce processus d’oxydation en donnant des électrons aux radicaux libres ou en se liant à l’oxygène de l’air. C’est la raison pour laquelle les aliments et les boissons se remplissent si rapidement d’antioxydants.
Mais il peut être difficile de fournir régulièrement des antioxydants là où ils sont nécessaires pendant de longues périodes. Et c’est justement le problème que cette nouvelle étude a cherché à résoudre. Les scientifiques ont utilisé un antioxydant appelé acide tannique, que l’on trouve dans le vin rouge et qui est particulièrement puissant. De plus, il est également antibactérien et antiviral.

Les polyphénols ont des propriétés antioxydantes

« Les polyphénols sont des composés organiques naturels qui sont également connus pour leurs propriétés antioxydantes », explique Hanna Hlushko, l’un des principaux auteurs de cette étude. « Il s’avère que l’acide tannique est rempli de ces motifs polyphénoliques, ce qui en fait un partenaire de liaison efficace pour de nombreuses molécules et un grand piégeur de radicaux libres ».
L’équipe l’a donc transformé en mailles antioxydantes. Les chercheurs ont filé des fibres ultrafines à partir d’un polymère appelé polyvinylpyrrolidone, qui peut s’accrocher fermement aux molécules d’acide tannique. Ces mailles se sont avérées mécaniquement solides, mais flexibles comme un tissu, ce qui leur permet de s’enrouler autour des objets. Mais surtout, elles sont capables de libérer lentement les antioxydants au fil du temps.
« Nous avons créé des nappes d’antioxydants avec des propriétés mécaniques robustes et la capacité de fournir une protection antioxydante à long terme », explique Adwait Gaikwad, l’un des principaux auteurs de cette étude.

Pour plusieurs applications

« De plus, la libération de l’acide tannique se fait à la demande – les liaisons hydrogène maintiennent les antioxydants dans ce matériau jusqu’à ce qu’il y ait un stimulus externe, comme le pH. Ces propriétés font que nos nappes conviennent à diverses applications, allant aux bandages pour la cicatrisation des plaies aux revêtements intérieurs des conteneurs pour le stockage des aliments ».
Cette recherche a été publiée dans ACS Applied Materials & Interfaces.
Source : Texas A&M University
Crédit photo : Pixabay