pourquoi-les-corovirus-affectent-pas-les-chauves-souris
Une équipe de recherche de l’université du Saskatchewan a découvert comment les chauves-souris peuvent être porteuses du coronavirus, du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) sans tomber malades – une recherche qui pourrait faire la lumière sur la façon dont les coronavirus font le saut vers les humains et les autres animaux.

Le « super » système immunitaire de la chauve-souris

On pense que les coronavirus tels que le MERS, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et, plus récemment, le virus COVID-19 causant le SRAS-CoV-2, proviennent des chauves-souris. Si ces virus peuvent provoquer de graves maladies, souvent mortelles chez l’homme, pour des raisons encore mal comprises, les chauves-souris semblent indemnes.
« Les chauves-souris ne se débarrassent pas du virus et pourtant elles ne tombent pas malades. Nous voulions comprendre pourquoi le virus MERS ne bloque pas les réponses immunitaires des chauves-souris comme il le fait chez l’homme », a déclaré le microbiologiste Vikram Misra.
Dans une nouvelle recherche l’équipe a démontré pour la première fois que les cellules d’une chauve-souris peuvent être infectées de façon persistante par le coronavirus MERS pendant des mois, en raison d’importantes adaptations de la chauve-souris et du virus travaillant ensemble.
Au lieu de tuer les cellules de chauve-souris comme le fait ce virus avec les cellules humaines, le coronavirus MERS entre dans une relation à long terme avec l’hôte, maintenue par le « super » système immunitaire de la chauve-souris », a déclaré Misra, auteur correspondant de cet article. « On pense que le SRAS-CoV-2 fonctionne de la même manière ».

La perte de son habitat

Selon M. Misra, les travaux de l’équipe suggèrent que le stress subi par les chauves-souris – comme les marchés humides, d’autres maladies et peut-être la perte d’habitat – pourrait jouer un rôle dans la propagation du coronavirus à d’autres espèces.
« Lorsqu’une chauve-souris subit un stress qui affecte son système immunitaire, cela perturbe l’équilibre entre le système immunitaire et le virus et permet à ce dernier de se multiplier », a-t-il déclaré.
« Nous voyons que le coronavirus MERS peut rapidement s’adapter à une niche particulière, et bien que nous ne comprenions pas complètement ce qui se passe, cela démontre comment les coronavirus sont capables de sauter d’une espèce à l’autre sans effort », a déclaré Darryl Falzarano, scientifique de VIDO-InterVac, qui a codirigé cette étude sur les chauves-souris.
Lorsqu’elles sont exposées au virus MERS, les cellules de chauve-souris s’adaptent, non pas en produisant des protéines inflammatoires caractéristiques de cette maladie, mais plutôt en maintenant une réponse antivirale naturelle, une fonction qui se bloque chez d’autres espèces, y compris les humains. Simultanément, le virus MERS s’adapte également aux cellules hôtes des chauves-souris en mutant très rapidement, a déclaré M. Misra.

Le stress perturbe un équilibre

En opérant ensemble, ces adaptations font que ce virus reste longtemps dans la chauve-souris mais est rendu inoffensif jusqu’à ce que quelque chose – comme une maladie ou d’autres facteurs de stress – perturbe cet équilibre délicat. « Ces informations pourraient être essentielles pour prédire le prochain virus de chauve-souris qui provoquera une pandémie », a déclaré M. Misra.
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : University of Saskatchewan
Crédit photo : Pixabay

Pourquoi les coronavirus n'affectent pas les chauves-souris ?martinBiologie
Une équipe de recherche de l'université du Saskatchewan a découvert comment les chauves-souris peuvent être porteuses du coronavirus, du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) sans tomber malades - une recherche qui pourrait faire la lumière sur la façon dont les coronavirus font le saut vers les humains et les...