une-IA-peut-prédire-les-cas-de-COVID-19-sans-test
Les chercheurs du King’s College London, du Massachusetts General Hospital et de la société de sciences de la santé ZOE ont mis au point un diagnostic par une intelligence artificielle qui peut prédire si une personne est susceptible d’avoir le COVID-19 en fonction de ses symptômes.

Une IA pour savoir qui est susceptible d’avoir le COVID-19

Le modèle d’IA utilise les données de l’application COVID Symptom Study pour prédire l’infection par le COVID-19, en comparant les symptômes des personnes et les résultats des tests COVID traditionnels. Les chercheurs affirment que cela pourrait aider les populations dont l’accès aux tests est limité. Deux essais cliniques au Royaume-Uni et aux États-Unis doivent commencer prochainement.
Plus de 3,3 millions de personnes dans le monde ont téléchargé cette application et l’utilisent pour rendre compte quotidiennement de leur état de santé, qu’elles se sentent bien ou qu’elles présentent de nouveaux symptômes tels qu’une toux persistante, de la fièvre, de la fatigue et une perte de goût ou d’odorat (anosmie).
Dans cette étude, les chercheurs ont analysé les données recueillies auprès d’un peu moins de 2,5 millions de personnes au Royaume-Uni et aux États-Unis qui ont régulièrement consigné leur état de santé dans l’application, dont environ un tiers ont consigné des symptômes associés au COVID-19. Sur ce nombre, 18 374 ont déclaré avoir subi un test de dépistage du coronavirus, et 7 178 personnes ont été testées positives.
L’équipe de recherche a étudié quels symptômes pour être associés au COVID-19 étaient les plus susceptibles d’être associés à un test positif. Ils ont trouvé un large éventail de symptômes par rapport au rhume et à la grippe, et mettent en garde contre le fait de se concentrer uniquement sur la fièvre et la toux. En effet, ils ont constaté que la perte du goût et de l’odorat était particulièrement frappante – deux tiers des utilisateurs testés positifs pour une infection à coronavirus ayant déclaré ce symptôme, contre un peu plus d’un cinquième des participants testés négatifs.

L’anosmie est le meilleur prédicteur

Ces résultats suggèrent que l’anosmie est un prédicteur plus fort du COVID-19 que la fièvre, ce qui confirme les rapports anecdotiques de la perte de l’odorat et du goût comme symptôme commun de cette maladie.
Les chercheurs ont ensuite créé un modèle mathématique qui prédit avec près de 80 % de précision si une personne est susceptible d’être atteinte du COVID-19 en fonction de son âge, de son sexe et d’une combinaison de quatre symptômes clés : la perte de l’odorat ou du goût, une toux grave ou persistante, une fatigue et sauter des repas. Lorsque l’on applique ce modèle à l’ensemble du groupe de plus de 800 000 utilisateurs de l’application présentant des symptômes, on peut prédire qu’un peu moins d’un cinquième des personnes souffrant d’un malaise (17,42 %) sont susceptibles d’avoir le COVID-19 à ce moment-là.
Les chercheurs suggèrent que la combinaison de cette prédiction de l’IA avec l’adoption généralisée de l’application pourrait aider à identifier ceux qui sont susceptibles d’être atteints dès l’apparition des premiers symptômes, en concentrant les efforts de suivi et de test là où ils sont le plus nécessaires.
Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.
Source : King’s College London
Crédit photo : Pexels

Une IA peut prédire les cas de COVID-19 sans testmartinI.A.
Les chercheurs du King's College London, du Massachusetts General Hospital et de la société de sciences de la santé ZOE ont mis au point un diagnostic par une intelligence artificielle qui peut prédire si une personne est susceptible d'avoir le COVID-19 en fonction de ses symptômes. Une IA pour savoir...