une-nouvelle-protéine-contre-le-cancer
La division cellulaire est un processus crucial dans l’organisme, mais le cancer la met en surcharge avec des résultats souvent mortels. Maintenant, des chercheurs de l’université de Copenhague ont identifié une protéine qui joue un rôle clé dans ce processus, ce qui signifie qu’elle pourrait être une future cible pour traiter une multitude de cancers.

Une protéine qui joue un rôle clé dans la division cellulaire

La division cellulaire se déroule en deux phases distinctes. Au cours de la première, appelée phase S, l’ADN d’une cellule se reproduit complètement. Puis suit la mitose, où la cellule se divise en deux, chaque nouvelle cellule recevant une copie complète de l’ADN original.
Mais il y a quelques années, une nouvelle étape de ce processus a été découverte. Si la phase S ne se déroule pas comme prévu, une cellule peut au contraire dupliquer son ADN par la synthèse mitotique d’ADN (MiDAS), en préparation de la division.
La plupart du temps, les cellules saines ne se soucient pas de la MiDAS – la phase S est généralement déjà assez ordonnée. Mais on a constaté que le cancer utilisait beaucoup la MiDAS, car il subit un stress de réplication important pendant sa phase S. Cela en fait une cible intéressante pour les traitements anticancéreux, car si la MiDAS est interrompue, la cellule mourra.
Pour cette nouvelle étude, les chercheurs de Copenhague ont donc décidé d’approfondir leurs recherches sur la MiDAS. En expérimentant avec des cellules cancéreuses des os, du col de l’utérus et du côlon, ils ont surveillé quelles protéines jouent un rôle dans la MiDAS. Et une en particulier, la RTEL1, a attiré leur attention en tant que promoteur de ce processus.

Inhiber la RTEL1 pour tuer les cellules cancéreuses

« Nous pensons que cette fonction de la RTEL1 est essentielle pour toutes les cellules cancéreuses qui dépendent de la MiDAS, ce qui représente plus de 80 % des cancers d’après nos connaissances », déclare Ying Liu, coauteur principal de cette étude. « Par conséquent, nous pouvons l’utiliser pour concevoir des médicaments permettant d’inhiber la RTEL1 et, espérons-le, de tuer sélectivement les cellules cancéreuses ».
Il existe cependant un facteur limitatif : l’équipe a également découvert que la RTEL1 joue un rôle tout aussi important dans la division des cellules saines, en prévenant les dommages à l’ADN et l’instabilité des chromosomes pendant la phase S.
L’équipe indique que les futurs travaux porteront sur les deux rôles de cette protéine et sur leurs relations. Et en étudiant comment la RTEL1 favorise la mitose dans les cellules cancéreuses, de nouveaux indices pourraient apparaître pour se concentrer sur le cancer uniquement, au lieu des cellules saines.
Cette recherche a été publiée dans Nature Structural & Molecular Biology.
Source : University of Copenhagen
Crédit photo : Pixabay

Une nouvelle protéine contre le cancermartinbiothechnologie
La division cellulaire est un processus crucial dans l'organisme, mais le cancer la met en surcharge avec des résultats souvent mortels. Maintenant, des chercheurs de l'université de Copenhague ont identifié une protéine qui joue un rôle clé dans ce processus, ce qui signifie qu'elle pourrait être une future cible...