un-patch-cutané-guérit-rapidememt-les-blessures
Un patch cutané composé d’algues bleues vivantes accélère la cicatrisation des plaies chez les souris, et peut aider à traiter les plaies chroniques chez les diabétiques.

Un patch pour guérir les plaies cutanées

Environ un quart des personnes diabétiques développent des plaies chroniques parce qu’elles ont une mauvaise circulation sanguine et d’autres complications qui rendent leur peau plus difficile à guérir à la suite de coupures et d’éraflures. Dans les cas graves, la partie du corps affectée doit être amputée.
Les plaies diabétiques sont parfois traitées avec de l’oxygène gazeux, car l’oxygène peut aider à la cicatrisation de la peau. Mais souvent, cela ne fonctionne pas car seule une petite quantité d’oxygène gazeux peut pénétrer dans la peau.
Pour améliorer l’apport d’oxygène dans la peau, des chercheurs de l’université de Nanjing, en Chine, ont mis au point un pansement rempli de bactéries Synechococcus elongatus – plus connues sous le nom d’algues bleues – qui produisent naturellement de l’oxygène en présence de la lumière du soleil par le biais du processus de photosynthèse.

Un coûte de fabrication inférieure à 0,92 €

Ce pansement contenait également des perles d’hydrogel conçues pour absorber l’oxygène produit par les bactéries et le transporter profondément dans la peau en s’infiltrant dans les canaux sudoripares et les follicules pileux. Le coût de fabrication d’un pansement était inférieur à 0,92 € ou 1,4 $.
Les chercheurs ont comparé l’efficacité de ce patch bactérien à la thérapie standard à l’oxygène gazeux chez des souris diabétiques présentant des plaies cutanées d’un centimètre de diamètre.
Au bout de six jours, les plaies traitées avec ce patch avaient rétréci de 45 %, contre seulement 20 % pour celles traitées avec le gaz oxygène. Les plaies traitées avec ce patch bactérien se sont également refermées complètement environ trois jours plus tôt, et aucun effet secondaire n’a été observé.

Il transportant 100 fois d’oxygène

La performance supérieure de ce patch bactérien semble être liée à une meilleure distribution de l’oxygène, puisqu’on a constaté qu’il transportait environ 100 fois plus d’oxygène dans la peau de la souris que l’oxygène gazeux. Les chercheurs espèrent maintenant tester leur patch sur des animaux plus grands avant de passer aux essais cliniques sur l’homme.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Un patch cutané guérit rapidement les blessuresmartinbiothechnologie
Un patch cutané composé d'algues bleues vivantes accélère la cicatrisation des plaies chez les souris, et peut aider à traiter les plaies chroniques chez les diabétiques. Un patch pour guérir les plaies cutanées Environ un quart des personnes diabétiques développent des plaies chroniques parce qu'elles ont une mauvaise circulation sanguine et...