les-ailes-des-oiseaux-se-sont-adaptées--leur-environnement
Les ailes des oiseaux adaptées au vol de longues distances sont liées à leur environnement et à leur comportement, selon une nouvelle étude sur une vaste base de données de mesures d’ailes, menée par l’université de Bristol.

L’adaptation des ailes des oiseaux

La sterne arctique vole de l’Arctique à l’Antarctique et vice-versa chaque année, tandis que le râle de l’île inaccessible – le plus petit oiseau incapable de voler au monde – ne quitte jamais son île de huit kilomètres carrés.
La façon dont ces différents animaux se déplacent est un facteur clé pour comprendre et conserver la biodiversité. Cependant, comme il est difficile et coûteux de suivre les déplacements de ces animaux, il existe encore d’énormes lacunes dans les connaissances sur leur mouvement et de leur répartition, en particulier dans les régions les plus reculées du monde. La bonne nouvelle, c’est que les ailes des oiseaux offrent un indice.
La mesure de la forme des ailes, en particulier une mesure appelée « hand wing index », qui reflète l’allongement de l’aile, permet de quantifier l’adaptation de l’aile au vol de longues distances et peut être facilement mesurée à partir des spécimens d’un musée.
De nouvelles recherches ont analysé cet indice pour plus de 10 000 espèces d’oiseaux, fournissant la première étude complète d’un trait lié à la répartition sur une classe entière d’animaux. Une équipe mondiale de chercheurs, dirigée par l’université de Bristol et l’Imperial College de Londres, a mesuré les ailes de 45 801 oiseaux dans des musées et des sites du monde entier.
À partir de ces données, l’équipe a créé une carte de la variation globale de la forme des ailes, montrant que les oiseaux les mieux adaptés se trouvaient principalement dans les hautes latitudes alors que les oiseaux adaptés à un mode de vie plus sédentaire se trouvaient généralement dans les tropiques.

Trois variables clés

En analysant ces valeurs le long de l’arbre généalogique des oiseaux, ainsi que des informations détaillées sur l’environnement, l’écologie et le comportement de chaque espèce, les auteurs ont découvert que ce gradient géographique est principalement déterminé par trois variables clés : la variabilité de la température, la défense du territoire et la migration.
L’auteur principal de cette étude, le Dr Catherine Sheard a déclaré « ce gradient géographique est vraiment frappant. Étant donné le rôle que nous savons que la répartition joue dans les processus d’évolution, de la spéciation aux interactions entre les espèces, nous soupçonnons que cette relation entre le comportement, l’environnement et la répartition peut façonner d’autres aspects de la biodiversité ».
Parmi les exemples de modèles fondamentaux pouvant s’expliquer par la variation de la répartition, on peut citer les plus petites aires de répartition géographique observées chez les espèces tropicales.
Le Dr Joseph Tobias, auteur principal de cette étude a ajouté : « nous espérons que nos mesures de la forme des ailes de plus de 10 000 espèces d’oiseaux auront de nombreuses applications pratiques, notamment en écologie et en biologie de la conservation, où tant de processus importants sont régulés par la répartition ».
Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.
Source : University of Bristol
Crédit photo : Pixabay

Les ailes des oiseaux se sont adaptées à leur environnementmartinBiologie
Les ailes des oiseaux adaptées au vol de longues distances sont liées à leur environnement et à leur comportement, selon une nouvelle étude sur une vaste base de données de mesures d'ailes, menée par l'université de Bristol. L'adaptation des ailes des oiseaux La sterne arctique vole de l'Arctique à l'Antarctique et...