faire-du-vélo-pour-se-rendre-au-travail-réduit-les-riques-de-maladies
Les personnes qui se rendent au travail à pied ou à vélo courent moins de risques de mourir précocement ou de tomber malade que celles qui se déplacent en voiture. Telles sont les conclusions d’une étude menée par des chercheurs de l’Imperial College de Londres et de l’université de Cambridge auprès de plus de 300 000 habitants d’Angleterre et du Pays de Galles.

Le vélo ou la marche pour une meilleure santé cardiaque

Les chercheurs affirment que ces résultats suggèrent qu’une augmentation de la marche et du cyclisme pourrait réduire les décès dus aux maladies cardiaques et au cancer. Cette étude a utilisé les données du recensement pour suivre les mêmes personnes pendant une période allant jusqu’à 25 ans, entre 1991 et 2016.
Cette étude a révélé que, par rapport aux personnes qui utilisent leurs voitures, celles qui se rendaient au travail à vélo avaient un taux de mortalité précoce réduit de 20 %, un taux de mortalité par maladie cardiovasculaire (qui comprend les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux) réduit de 24 %, un taux de mortalité par cancer réduit de 16 % et un taux de diagnostic de cancer réduit de 11 %.
La marche pour se rendre au travail était associée à une réduction de 7 % des diagnostics de cancer, par rapport à la conduite d’automobiles. L’équipe a expliqué que les associations entre la marche et d’autres résultats, tels que les taux de décès par cancer et par maladie cardiaque, étaient moins certaines. L’une des raisons possibles est que les personnes qui se rendent au travail à pied ont, en moyenne, des professions moins aisées que celles qui se rendent au travail en voiture, et sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de santé sous-jacents qui ne peuvent être entièrement pris en compte.

Repenser ses modes de transport après le confinement

Le Dr Richard Patterson, de l’unité d’épidémiologie du MRC de l’université de Cambridge, qui a dirigé ces recherches, a déclaré « alors qu’un grand nombre de personnes commencent à retourner au travail à mesure que le confinement dû au COVID-19 s’atténue, c’est le bon moment pour chacun de repenser ses choix de transport.
Compte tenu des limites sévères et prolongées de la capacité des transports publics, le passage à la voiture particulière serait désastreux pour notre santé et l’environnement. Encourager davantage de personnes à marcher et à faire du vélo contribuera à limiter les conséquences à long terme de cette pandémie ». Cette étude a également évalué si les avantages de chaque mode de transport selon les groupes professionnels et a constaté que les avantages potentiels pour la santé étaient similaires dans tous ces groupes.

Une meilleure qualité de l’air

Même si tout le monde ne peut pas se rendre au travail à pied ou à vélo, les gouvernements peuvent aider les gens à faire en sorte que les changements bénéfiques dans les comportements de déplacement soient maintenus à long terme. Parmi les autres avantages, on peut citer une meilleure qualité de l’air, qui s’est améliorée pendant la période de confinement, et une réduction des émissions de carbone, ce qui est essentiel pour faire face à l’urgence climatique ».
L’équipe ajoute que les avantages du vélo et de la marche sont bien documentés, mais que l’utilisation des données du recensement dans cette nouvelle étude a permis de suivre un grand nombre de personnes sur une plus longue période.
Cette recherche a été publiée dans The Lancet Planetary Health.
Source : Imperial College London
Crédit photo : Pixabay

Faire du vélo pour se rendre au travail réduit les risques de maladiesmartinBiologie
Les personnes qui se rendent au travail à pied ou à vélo courent moins de risques de mourir précocement ou de tomber malade que celles qui se déplacent en voiture. Telles sont les conclusions d'une étude menée par des chercheurs de l'Imperial College de Londres et de l'université de...