une-enzyme-inverse-le-déclin=cognitif-lié-à-âge
Les lésions de l’ADN sont communes à nos cellules, mais quand nous sommes jeunes, notre corps peut les réparer assez facilement. Malheureusement, nous perdons cette capacité avec le temps, ce qui entraîne de nombreux symptômes du vieillissement que les personnes âgées doivent subir à tous les jours.

L’enzyme HDAC1 répare l’ADN dans les neurones

Mais une nouvelle étude du MIT a révélé que la réactivation d’une certaine enzyme améliore la réparation des dommages causés à l’ADN dans les neurones, ce qui aide les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et tous les autres souffrant de déclin cognitif.
Des études antérieures de l’équipe ont montré qu’une enzyme appelée HDAC1 semble être impliquée dans la réparation de l’ADN dans les neurones. Pour cette nouvelle étude, les chercheurs ont examiné ce qui se passe lorsque la HDAC1 ne fait pas son travail.
L’équipe a conçu des souris déficientes en HDAC1 et a surveillé leur santé par rapport à des souris normales. Les choses semblaient bien se passer pendant la jeunesse de ces animaux – il n’y avait aucune différence quant aux dommages à l’ADN ou de comportement entre les deux groupes. Mais en vieillissant, le déclin est devenu évident.
Les chercheurs ont observé que les souris plus âgées déficientes en HDAC1 présentaient des quantités plus importantes de dommages à l’ADN dans leurs neurones. Elles présentaient une plasticité synaptique réduite, ce qui explique que le cerveau modifie les connexions entre les neurones pour apprendre et se souvenir. Cela se traduit par de moins bonnes performances dans les tests de mémoire et de navigation spatiale.
En examinant les souris de plus près, l’équipe a découvert qu’elles présentaient des lésions de 8-oxo-guanine, un type spécifique de dommage à l’ADN causé par l’oxydation. Il est intéressant de noter que des niveaux élevés de ce type de lésions de l’ADN ont été observés chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Une molécule anti-âge

« Il semble que l’enzyme HDAC1 soit vraiment une molécule anti-âge », déclare Li-Huei Tsai, auteur principal de cette étude. « Je pense que c’est une découverte fondamentale très largement applicable, car presque toutes les maladies neurodégénératives humaines ne surviennent que pendant le vieillissement. Je suppose que l’activation de cette enzyme est bénéfique dans de nombreuses maladies ».
Pour aller plus loin, les chercheurs ont ensuite essayé de traiter cette maladie en utilisant un ancien médicament contre la démence appelé exifone, qui active l’enzyme HDAC1. Il a été testé sur des souris atteintes d’Alzheimer et des souris âgées en bonne santé, et on a constaté qu’il réduisait les lésions de l’ADN dans leur cerveau, améliorant ainsi les fonctions cognitives comme la mémoire.
Aussi prometteur que l’exifone puisse paraître, ce n’est pas le meilleur choix de médicament car il provoque des lésions hépatiques chez certains patients. Néanmoins, les chercheurs affirment que la confirmation du rôle de l’enzyme HDAC1 dans le recul du déclin cognitif signifie que d’autres médicaments pourraient être développés pour faire la même chose.

Développer un médicament pour activer cette enzyme

« Cette étude positionne réellement l’enzyme HDAC1 comme une nouvelle cible potentielle pour le développement d’un médicament pour les phénotypes liés à l’âge, ainsi que pour les pathologies et phénotypes associés à la neurodégénérescence », déclare M. Tsai.
Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.
Source : MIT
Crédit photo : Pexels

Une enzyme inverse le déclin cognitif lié à l'âgemartinBiologie
Les lésions de l'ADN sont communes à nos cellules, mais quand nous sommes jeunes, notre corps peut les réparer assez facilement. Malheureusement, nous perdons cette capacité avec le temps, ce qui entraîne de nombreux symptômes du vieillissement que les personnes âgées doivent subir à tous les jours. L'enzyme HDAC1 répare...