exercice-aérobique-améliore-le-flux-sanguin-dans-le-cerveau
Les résultats d’un essai d’un an mené par des chercheurs de l’UT Southwestern se sont concentrés sur la façon dont l’exercice aérobique peut améliorer la mémoire chez les sujets âgés souffrant de troubles cognitifs légers. Ces résultats suggèrent qu’il n’est jamais trop tard pour commencer à faire de l’exercice car l’activité aérobie améliore le flux sanguin vers les régions du cerveau associées à la mémoire.

L’exercice aérobique et la mémoire

« Nous avons démontré que même lorsque votre mémoire commence à diminuer, vous pouvez encore faire quelque chose en ajoutant l’exercice aérobique à votre mode de vie », explique l’auteur principal de cette nouvelle étude, Binu Thomas.
Cette étude s’est concentrée sur les changements à long terme du flux sanguin cérébral résultant de l’exercice aérobique chez des sujets présentant déjà des troubles cognitifs légers liés à l’âge. Trente sujets – dont la moyenne d’âge est de 66 ans, qui ne déclarent pas faire régulièrement de l’exercice et qui présentent des signes de troubles de la mémoire – ont été répartis en deux groupes.
Un groupe a été chargé d’effectuer plusieurs séances d’exercices aérobiques par semaine pendant 12 mois, tandis que l’autre groupe a effectué des séances d’étirement et d’équilibre destinées à renforcer le haut et le bas du corps tout en maintenant un rythme cardiaque bas. Au début et à la fin de cette étude d’un an, des scanneurs IRM ont mesuré le flux sanguin cérébral de tous les participants.

Une augmentation du flux sanguin dans des régions du cerveau

Après 12 mois, le groupe ayant fait de l’exercice aérobique a montré une augmentation du flux sanguin cérébral vers le cortex cingulaire antérieur et le cortex préfrontal adjacent, par rapport au groupe d’étirements. Les tests de mémoire effectués au début et à la fin de cette étude ont également révélé une amélioration de 47 % dans le groupe ayant fait de l’exercice aérobique, par rapport à des améliorations minimes dans le groupe qui a fait des étirements. Cette étude note une corrélation directe entre l’amélioration des résultats des tests de mémoire et l’augmentation du flux sanguin cérébral vers ces régions clés du cerveau.
« Le flux sanguin cérébral est une partie du puzzle et nous devons continuer à le reconstituer », note Thomas. « Mais nous avons vu suffisamment de données pour savoir que le fait de commencer un programme de remise en forme peut avoir des avantages pour notre cerveau et notre cœur tout au long de la vie ».
Les chercheurs notent que les membres de la cohorte recrutés dans le cadre de cette étude ont tous déclaré ne faire que peu ou pas d’exercice régulier avant cet essai. La nouveauté de cette étude est qu’elle indique que l’exercice aérobique peut conférer des avantages cognitifs même à un âge avancé, après que le déclin de la mémoire ait déjà commencé, et ces avantages cognitifs peuvent être médiés spécifiquement par une amélioration du flux sanguin vers des régions spécifiques du cerveau.

Un futur médicament qui ciblera ce flux sanguin 

« Nous pourrons peut-être un jour mettre au point un médicament ou une procédure qui ciblera le flux sanguin dans ces régions du cerveau », déclare Binu Thomas, docteur en médecine, et chercheur principal en neuroimagerie à l’UT Southwestern. « Mais nous ne faisons que commencer à explorer la bonne combinaison d’exercices pour aider à prévenir ou à retarder les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Il y a beaucoup plus à comprendre sur le cerveau et le vieillissement ».
Cette recherche a été publiée dans The Journal of Alzheimer’s Disease.
Source : UT Southwestern
Crédit photo : Pexels