un-traitement-rend-aluminium-antibactérien-et-antiviral
S’il y a un endroit où vous ne voulez pas que des virus ou des bactéries nocives soient présents, c’est bien dans la chambre où il y a des personnes malades, alors qu’ils sont vulnérables – notamment s’ils sont affectés par le COVID-19. Un nouveau procédé pourrait faire la différence, en permettant aux surfaces en aluminium de tuer ces microbes.

De l’aluminium tue des microbes

Sous la direction du professeur Prasad Yarlagadda, des scientifiques de l’Institut de technologie du Queensland, en Australie, ont commencé par exposer des disques d’alliage d’aluminium 6063 ordinaire à de l’hydroxyde de sodium corrosif (soude caustique) pendant trois heures. Ce faisant, ils ont modifié la surface lisse du métal à un niveau microscopique, en y gravant une série de stries. Cette surface est devenue hydrophile, ce qui signifie qu’elle attire l’eau.
Lorsque des virus et des bactéries (Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus) ont été placés sur l’aluminium traité, ils ont été attirés par les minuscules crêtes. Les membranes extérieures des microbes se sont alors affaissées entre les crêtes et se sont rompues, les tuant.

Une efficacité rapide

La plupart des bactéries ont été éliminées dans les trois heures suivant le contact avec l’aluminium, tandis que le nombre de virus respiratoires communs a considérablement diminué en deux heures. Ces chiffres étaient considérablement meilleurs que ceux qui ont été observés pour les surfaces en plastique ou en aluminium lisse. En fait, même après des tests simulant l’usure qui pourrait survenir dans une maison au fil du temps, l’aluminium traité est resté efficace.
Les scientifiques pensent que cette technologie pourrait également être appliquée aux surfaces fréquemment touchées dans d’autres lieux publics très fréquentés, comme les bateaux de croisière ou les aéroports.
Cette recherche a été publiée dans ACS Biomaterials Science & Engineering.
Source : American Chemical Society
Crédit photo : Pexels