la-vitamine-c-peut-elle-aider-contre-le-COVID-19
Quand vient le temps de chercheur des solutions contre le COVID-19, rien ne doit être écarté, car parfois ce qui a de plus simple peut être réellement efficace. C’est que croient des chercheurs de l’Université de Sherbrooke. Notamment le docteur François Lamontagne et le docteur Neill Adhikari. Ces derniers s’intéressent à la vitamine C et ses effets potentiels contre ce nouveau virus.

La vitamine C contre le coronavirus

Un essai clinique est en cours depuis 2018 dans plusieurs établissements hospitaliers au Canada, qui évalue les effets de fortes doses de vitamine C administrées par voie intraveineuse pour les patients souffrant d’infections graves et qui sont soignés dans les unités de soins intensifs.
Selon eux, la vitamine C fait partie de la liste de traitements potentiels du COVID-19 méritant une évaluation rigoureuse selon l’OMS. Ces deux chercheurs ont lancé une étude visant à évaluer les effets de la vitamine C pour tous les patients affectés par le COVID-19 nécessitant une hospitalisation.
Ces deux chercheurs, ainsi que leurs nombreux collègues, ont obtenu une subvention de 1,87 Millions de dollars de la Lotte & John Hecht Memorial Foundation qui privilégie les recherches sur les médecines alternatives.

L’étude LOVIT

Cette étude nommée LOVIT, lancée en 2018 analysera les effets de fortes doses de vitamine C par voie intraveineuse sur la mortalité et les besoins de soins intensifs des patients souffrant de choc septique.
Plusieurs études suggèrent que les niveaux de vitamine C des patients affectés par le coronavirus seraient anormalement bas. Ces chercheurs pensent qu’un manque de vitamine C explique plusieurs symptômes et défaillances pouvant causer la mort. Bien que l’ensemble des données demeure non concluant, certaines études suggèrent que l’administration de vitamine C intraveineuse aux patients gravement malades pourrait améliorer la survie.
Cette nouvelle étude permettra à ces chercheurs de tester l’hypothèse selon laquelle un traitement avec de la vitamine C réduit les risques de détérioration qui mènent certains patients atteints du COVID-19 aux unités de soins intensifs.
« Dans le contexte de la pandémie actuelle, nous voulons évaluer l’ensemble des effets de la vitamine C sur l’évolution des infections nécessitant un séjour à l’unité des soins intensifs, mais aussi, sur la progression de la maladie de tous les patients atteints du COVID-19 devant être hospitalisés. À ce jour, nous avons déjà recruté 70 patients atteints du COVID-19 à travers le Canada », explique le Dr François Lamontagne.
Les résultats de cette étude pancanadienne, seront connus dans quelques mois.
Source : Université de Sherbrooke
Crédit photo : Pexels