le-volume-de-voie-lactée-a-peut-être-été-réduit
Les champs magnétiques présents dans l’Univers primitif pourraient avoir réduit le volume de notre galaxie de près de 30 %. Ces champs semblent concentrer la matière au centre des galaxies, ce qui pourrait expliquer pourquoi certains trous noirs à certains endroits se développent si rapidement.

Les effets des champs magnétiques

Sergio Martin-Alvarez, de l’université de Cambridge, et ses collègues ont simulé les effets de champs magnétiques primordiaux mal compris sur la formation des galaxies. Les simulations informatiques de la formation des galaxies ne tiennent généralement pas compte de ces champs, explique M. Martin-Alvarez.
« C’est un paramètre très important qui est souvent négligé parce qu’il est si difficile à comprendre théoriquement », dit-il. « Mais il pourrait changer potentiellement tout ce que nous savons sur les premiers moments de l’Univers, même jusqu’à nos jours ».
En examinant une galaxie simulée dont la taille, la forme et les conditions sont similaires à celles de la Voie lactée, les chercheurs ont découvert qu’en supprimant complètement ces champs magnétiques, le volume de la galaxie augmentait d’environ 45 % par rapport à ce qu’il aurait été autrement.
Cette recherche suggère que les champs magnétiques ont rétréci les galaxies au début de l’Univers en maintenant les gaz plus proches les uns des autres au début de la formation des galaxies, comprimant les galaxies vers leur centre.

Les trois noirs supermassifs 

Cela pourrait également expliquer pourquoi les trous noirs supermassifs se trouvent souvent au centre des galaxies et pourquoi ils se développent si rapidement, explique Martin-Alvarez. « Si une galaxie est concentrée en son centre, vous avez plus de matière qui alimente un trou noir, et vous pouvez donc faire croître sa masse très rapidement », dit-il.
« Les champs magnétiques sont l’un des phénomènes inexplorés les plus importants dans de nombreuses situations astrophysiques », déclare Andrew Jaffe de l’Imperial College de Londres. « [Ce travail] donne un aperçu provisoire du moment où les effets des champs magnétiques pourraient devenir importants. »
Cette recherche a été pré-publiée dans arXiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay