produire-une-charge-électrique-à-partir-de-humidité
En utilisant les tempêtes électriques comme point de départ, les scientifiques de l’université israélienne de Tel-Aviv pensent avoir découvert une nouvelle source d’énergie renouvelable. Lors d’expériences en laboratoire, l’équipe a réussi à générer une tension en utilisant uniquement de l’eau et du métal, ce qui ouvre la voie à des batteries qui peuvent être rechargées avec l’humidité de l’air.

Générer de l’électricité avec l’humidité de l’air

« Nous avons cherché à tirer parti d’un phénomène naturel : l’électricité à partir de l’eau », explique le professeur Colin Price, qui a dirigé ces recherches. « L’électricité dans les orages est générée uniquement par l’eau dans ses différentes phases – vapeur d’eau, gouttelettes d’eau et glace. Vingt minutes de développement des nuages, c’est ainsi que nous passons des gouttelettes d’eau à d’énormes décharges électriques – la foudre – d’une longueur d’environ un demi-mille ».
M. Price et son équipe ont cherché à exploiter le potentiel des gouttelettes d’eau, dont les recherches précédentes ont montré qu’elles étaient capables de charger les surfaces métalliques par la friction. Dans le même ordre d’idées, d’autres études ont montré que certains types de métaux génèrent une charge électrique en réponse à l’humidité de l’air.
Les expériences de l’équipe ont été conçues pour découvrir comment une tension peut être générée entre deux métaux, dont l’un est mis à la terre, lorsqu’ils sont soumis à des niveaux d’humidité élevés. Lorsque l’air était sec, aucune tension n’était produite. Mais lorsque le taux d’humidité dépassait 60 %, une tension commençait à se développer, avant de disparaître à nouveau lorsque l’humidité commençait à diminuer. Ces résultats ont été reproduits lors d’expériences menées à l’extérieur dans des conditions naturelles.

Cela fonctionne avec une humidité relative de 60%

« Nous avons essayé de reproduire de l’électricité en laboratoire et nous avons découvert que différentes surfaces métalliques accumulent des quantités différentes de charge électriques à partir de la vapeur d’eau dans l’atmosphère, mais seulement si l’humidité relative de l’air est supérieure à 60 % », explique M. Price. « Cela se produit presque tous les jours en été en Israël et tous les jours dans la plupart des pays tropicaux ».
Selon les chercheurs, leurs expériences ont montré que l’air humide pouvait être utilisé pour charger les surfaces à environ un volt, ce qui, selon eux, n’est pas si éloigné d’une utilisation pratique.
« Si une pile AA est de 1,5V, il pourrait y avoir une application pratique dans le futur : développer des piles qui peuvent être rechargées à partir de la vapeur d’eau dans l’air », dit M. Price. « Ces résultats peuvent être particulièrement importants en tant que source d’énergie renouvelable dans les pays en développement, où de nombreuses communautés n’ont toujours pas accès à de l’électricité, mais où l’humidité est constamment d’environ 60 % ».
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : Tel Aviv University
Crédit photo : Pixabay

Produire une charge électrique à partir de l'humiditémartinTechnologie
En utilisant les tempêtes électriques comme point de départ, les scientifiques de l'université israélienne de Tel-Aviv pensent avoir découvert une nouvelle source d'énergie renouvelable. Lors d'expériences en laboratoire, l'équipe a réussi à générer une tension en utilisant uniquement de l'eau et du métal, ce qui ouvre la voie à...