transformer-la-rate-en-foie-a-permis-de-sauver-des-souris
La réorientation de la rate des souris les aide à survivre aux lésions du foie. Si cette approche fonctionne chez l’homme, elle pourrait offrir une alternative aux transplantations du foie.

La rate pour remplacer le foie

À l’heure actuelle, les personnes qui ont besoin d’un nouveau foie doivent souvent attendre longtemps avant qu’un organe de donneur soit disponible. Les scientifiques ont essayé de concevoir des foies en laboratoire, mais ils ont trouvé trop difficile de recréer leurs réseaux complexes de vaisseaux sanguins.
Lei Dong, de l’université de Nanjing en Chine, et ses collègues se sont demandé s’ils ne pourraient pas, au contraire, transformer un organe comme la rate – dont nous pouvons nous passer et qui possède déjà des vaisseaux sanguins prêts à l’emploi – en un foie fonctionnel.
Pour ce faire, ils ont injecté dans la rate de souris vivantes une substance biologique qui les rend plus grandes et plus rigides et mieux à même de favoriser la croissance de nouveaux tissus. Ensuite, ils ont transplanté des cellules hépatiques dans cette rate remodelée pour voir si ces cellules s’intégreraient aux vaisseaux sanguins existants et se développeraient en tissu hépatique.
Au cours des huit semaines suivantes, des cellules hépatiques se sont développées avec succès dans la rate et ont donné naissance à des organes semblables au foie, avec des canaux biliaires et d’autres structures hépatiques. Ces organes convertis étaient également capables d’assurer des fonctions hépatiques essentielles, comme le métabolisme des médicaments.
L’équipe de Dong a ensuite retiré 90 % des foies des souris pour voir si leurs nouveaux foies basés sur la rate pouvaient prendre le relais. Toutes les souris dont le foie était basé sur la rate ont survécu, tandis que d’autres souris sont mortes dans les deux jours suivant l’ablation des tissus hépatiques. « Nos résultats suggèrent que nous avons transformé la rate en un organe qui fonctionne comme un foie », écrivent les chercheurs.

Cela pourrait-il fonctionner chez l’homme ?

Chez l’homme, la rate n’est pas un organe essentiel, et les gens peuvent se faire enlever la rate pour des raisons médicales. Dong et ses collègues suggèrent que le fait de redonner à la rate sa fonction de foie pourrait aider les gens à surmonter une maladie du foie sans provoquer d’autres complications.
Cependant, les foies basés sur la rate ne pourraient pas remplir toutes les fonctions des vrais foies parce qu’ils sont reliés différemment à la circulation, explique Geoff McCaughan de l’université de Sydney, en Australie. Par exemple, l’une des fonctions du foie est de détoxifier le sang provenant de la veine porte, mais la rate n’a pas d’accès direct à cette veine, dit-il.
Un autre problème est que les personnes souffrant de graves maladies du foie ont souvent aussi une rate endommagée, ce qui peut rendre difficile leur transformation en organes semblables au foie, explique Eric Lagasse de l’université de Pittsburgh, en Pennsylvanie. « Il faudra un certain temps pour voir si une telle approche fonctionne chez l’homme ou si elle est même réalisable », dit-il.
Si cette approche ne fonctionne pas, une solution pourrait être de cultiver des organes ressemblant au foie dans les ganglions lymphatiques, qui sont bien adaptés pour favoriser la croissance de nouveaux tissus et sont moins susceptibles d’être endommagés que la rate, dit Lagasse.

Cultiver des organes ressemblant au foie dans les ganglions lymphatiques

En fait, Lagasse et ses collègues ont déjà montré qu’il est possible de cultiver des organes ressemblant au foie dans les ganglions lymphatiques des souris souffrant de graves maladies du foie. Ils espèrent tester cette approche chez l’homme « très bientôt », dit-il. L’idée de transformer un organe en un autre peut sembler farfelue pour le moment, mais « ce n’est peut-être pas une idée si folle », dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay