un-oeil-bionique-pourrait-donner-une-vision-surhumaine
L’œil humain est un organe incroyablement complexe, il n’est donc pas étonnant que nous ayons eu du mal à en reproduire un. Maintenant, des chercheurs ont dévoilé le premier œil artificiel 3D au monde, qui peut non seulement surpasser les autres appareils, mais qui a le potentiel de voir mieux que le véritable œil.

Un œil artificiel

Les yeux bioniques apparaissent comme un moyen de rendre la vue aux personnes qui ont perdu cette faculté, et peut-être même à celles qui ne l’avaient jamais eue au départ. Une équipe dirigée par des scientifiques de l’université des sciences et des technologies de Hong Kong (HKUST) a mis au point ce qu’ils appellent l’œil électrochimique EC-Eye.
Plutôt que d’utiliser un capteur d’images bidimensionnel comme une caméra, l’EC-Eye est modelé d’après une vraie rétine ayant une forme concave. Cette surface est parsemée d’une série de minuscules capteurs de lumière conçus pour imiter les photorécepteurs de la rétine humaine. Ces capteurs sont ensuite fixés à un faisceau de fils en métal liquide, qui font office de nerf optique.
L’équipe a testé l’EC-Eye et a montré qu’il peut déjà capturer des images relativement claires. Il a été installé devant un écran d’ordinateur affichant de grandes lettres, et il a pu les afficher assez clairement pour être lu.
Bien qu’il s’agisse d’une amélioration considérable par rapport aux conceptions déjà existantes, la vision de l’EC-Eye est encore loin de reproduire celle d’un œil humain. Mais, selon l’équipe, cela pourrait changer.

Un plus grande sensibilité à l’infrarouge

Cette technologie a le potentiel de surpasser la réalité, en utilisant un réseau plus dense de capteurs et en attachant chaque capteur à des nanofils. L’équipe affirme même que l’utilisation d’autres matériaux dans différentes parties de l’EC-Eye pourrait conférer aux utilisateurs une plus grande sensibilité à l’infrarouge. Bien sûr, il reste encore beaucoup de travail à faire à l’avenir, mais l’EC-Eye semble prometteur. Une vidéo nous montre l’EC-Eye en action.

Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : HKUST
Crédit photo : PXhere