la-conjonctivite-serait-un-des-symptômes-du-COVID-19
La toux, la fièvre et les difficultés respiratoires sont des symptômes courants de cette maladie, mais une étude de cas récente impliquant une femme d’Edmonton a déterminé que la conjonctivite et la kératoconjonctivite peuvent également être des symptômes primaires du COVID-19.

La conjonctivite et la kératoconjonctivite

En mars, une femme de 29 ans est arrivée au Royal Alexandra Hospital’s Eye Institute of Alberta avec un cas sévère de conjonctivite et des symptômes respiratoires minimes. Après que cette patiente ait suivi un traitement de plusieurs jours avec peu d’amélioration – et après qu’il ait été déterminé que cette femme était récemment rentrée chez elle d’Asie – un résident a ordonné un test du COVID-19. Ce test s’est révélé positif.
« Ce qui est intéressant dans ce cas, et peut-être très différent de la façon dont il avait été reconnu à ce moment précis, c’est que la principale manifestation de cette maladie n’était pas un symptôme respiratoire, c’était l’œil », a déclaré Carlos Solarte, professeur adjoint d’ophtalmologie à l’Université de l’Alberta. « Il n’y avait pas de fièvre ni de toux, donc nous n’avons pas suspecté le COVID-19 au début. Nous ne savions pas qu’il pouvait se présenter principalement dans l’œil et non dans les poumons ».
Selon Solarte, des études universitaires menées au début de la pandémie ont identifié la conjonctivite comme un symptôme secondaire dans environ 10 à 15 % des cas de COVID-19. Depuis lors, les scientifiques ont acquis une meilleure connaissance de la manière dont ce coronavirus peut se transmettre et affecter les muqueuses du corps, dont la conjonctive – la fine membrane claire qui recouvre la surface frontale de l’œil.

Cette découverte complique les examens de la vue

Si cette découverte fournit de nouvelles informations importantes sur la santé du public, elle complique également les examens de la vue pour les ophtalmologistes et le personnel. « Dans ce cas, la patiente s’est finalement bien rétablie sans aucun problème. Mais plusieurs des résidents et du personnel qui étaient en contact étroit avec cette patiente ont dû être mis en quarantaine », a déclaré M. Solarte. « Heureusement, aucun de ceux qui ont été impliqués dans ses soins n’a été testé positif ».
Les patients qui arrivent dans une clinique ophtalmologique avec une conjonctivite et une kératoconjonctivite sont maintenant traités comme des cas potentiels de COVID-19 et des précautions supplémentaires sont prises par le personnel. Il est fortement conseillé aux travailleurs qui effectuent un examen oculaire de porter un équipement de protection afin de minimiser l’exposition potentielle à cette maladie.
« Il est important de s’assurer que tout le monde est bien protégé. Nos résidents utilisent maintenant des gants, des blouses et des masques faciaux chaque fois qu’ils voient un de ces patients », a déclaré M. Solarte. « Nous devons être très attentifs aux mesures de protection pour examiner ces patients ».
Cette recherche a été publiée dans Canadian Journal of Ophthalmology.
Source : University of Alberta Faculty of Medicine & Dentistry
Crédit photo : Pexels