les-conditions-envonnementales-affectent-le-covid-19
Une nouvelle étude dirigée par le chercheur de l’Université Marshall M. Jeremiah Matson a révélé que les conditions environnementales affectaient la stabilité du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) dans le mucus nasal et les expectorations humaines.

Le SRAS-CoV-2 et les conditions environnementales 

Le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la maladie connue sous le nom de COVID-19, s’est avéré moins stable à une humidité plus élevée et à des températures plus chaudes. Dans cette étude, le SRAS-CoV-2 a été mélangé à du mucus nasal humain et à des échantillons d’expectorations, qui ont ensuite été exposés à trois ensembles différents de température et d’humidité pendant sept jours.
Les échantillons ont été collectés tout au long de l’étude et analysés pour détecter la présence de virus infectieux ainsi que de l’ARN viral seul, qui n’est pas infectieux. L’ARN viral était constamment détectable tout au long des sept jours de cette étude, tandis que le virus infectieux était détectable pendant environ 12 à 48 heures, selon les conditions environnementales.
« La pandémie de COVID-19 a rappelé que les maladies infectieuses continuent de représenter une menace majeure pour la santé publique et qu’elles nécessitent un engagement soutenu en matière de recherche », a déclaré M. Matson. « Bien qu’il s’agisse d’une petite étude qui ne porte que sur le potentiel de transmission de fomites [un objet qui peut être contaminé par des agents infectieux], qui est considéré comme moins important que la transmission par des gouttelettes pour le SRAS-CoV-2, elle est néanmoins instructive pour l’évaluation des risques pour la santé publique ».

Les respirateurs N95

Dans une seconde étude Matson faisait partie d’une équipe de chercheurs qui a évalué l’efficacité de la décontamination et de la réutilisation des respirateurs N95 contre le SRAS-CoV-2. Le peroxyde d’hydrogène vaporisé et la lumière ultraviolette se sont avérés les plus efficaces si l’ajustement et l’étanchéité étaient maintenus.
Cette recherche a été publiée dans Emerging Infectious Diseases.
Source : Marshall University Joan C. Edwards School of Medicine
Crédit photo : Pexels

Les conditions environnementales affectent le COVID-19martinBiologie
Une nouvelle étude dirigée par le chercheur de l'Université Marshall M. Jeremiah Matson a révélé que les conditions environnementales affectaient la stabilité du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) dans le mucus nasal et les expectorations humaines. Le SRAS-CoV-2 et les conditions environnementales  Le SRAS-CoV-2, le virus qui cause...