les-aliments-acides-nuisent-aux-survivants-du-cancer
Les viandes fraîches et transformées, le fromage, les œufs, les aliments sucrés, les boissons gazeuses et les céréales sont des aliments acides. Une nouvelle étude a révélé que les survivants du cancer qui ont une capacité réduite à transformer ces aliments qui produisent des acides sulfuriques, phosphoriques ou organiques peuvent voir leur risque de mortalité tripler s’ils ont également fumé dans le passé.

Une alimentation acide et le tabagisme

« Les aliments à forte teneur en acide peuvent entraîner une augmentation de la mortalité de toutes les causes, et pas seulement du cancer », a déclaré Tianying Wu, professeur associé d’épidémiologie. « Certaines survivantes du cancer du sein avaient un régime alimentaire très acide, mais si elles étaient d’anciennes fumeuses ayant un long passé de tabagisme intensif, leur risque était trois fois plus élevé que celles qui n’avaient jamais fumé ».
Le tabagisme augmente le risque de mortalité par cancer, y compris le cancer du sein. En outre, les femmes qui avaient déjà fumé et qui continuaient à manger des aliments acides avaient également une incidence plus élevée de récidive du cancer du sein. « La viande et le fromage peuvent être les principaux coupables, car ils contiennent beaucoup de protéines. Les légumes produisent de l’alcalinité », a déclaré M. Wu. « Alors que certains fruits ont une forte teneur en acide, une fois ingérés, ils se transforment en produits alcalins. »
Wu a conçu et mené une étude en s’appuyant sur les données recueillies auprès d’une large cohorte, qui a été entreprise par John Pierce, professeur de recherche sur le cancer au département de médecine familiale et de santé publique de l’université de Californie à San Diego. Des femmes ont été suivies pendant 7,3 ans en moyenne et ont fait l’objet d’évaluations alimentaires périodiques.

Une capacité réduite à transformer les aliments acides

Selon les résultats, les survivantes du cancer qui ont également fumé dans le passé ont une capacité réduite à transformer les aliments acides et à excréter l’excès d’acide car elles ont altéré les fonctions rénales et pulmonaires qui sont essentielles à l’excrétion des acides, a déclaré M. Wu.
Les directives alimentaires actuelles ne tiennent pas compte de l’impact des régimes alimentaires produisant de l’acide sur le risque accru de mortalité par cancer du sein, a expliqué M. Wu. Plus important encore, elles ne tiennent pas compte des différences de sensibilité aux régimes acidifiants entre les anciens fumeurs et les personnes n’ayant jamais fumé, parmi les survivants du cancer du sein.
Les anciennes fumeuses représentent 35 à 40 % des survivants du cancer du sein, il est donc important d’avoir des directives spécifiques pour elles, a souligné M. Wu. « Lorsque l’on compare les régimes alimentaires à base de plantes à ceux à base d’animaux, c’est assez complexe. Les deux peuvent produire de l’acide, mais les aliments à base de plantes ont tendance à avoir plus de minéraux qui peuvent réduire les acides. »

Une alimentation équilibrée

« Les protéines sont importantes pour la santé humaine, mais nous devons juste faire attention au rapport entre les aliments acides et alcalins que nous mangeons quotidiennement », a déclaré M. Wu.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Clinical Medicine.
Source : San Diego State University
Crédit photo : Pixabay