tester-les-cheveux-des-femmes-pour-savoir-leur-fertilité
Les femmes qui veulent savoir combien d’ovules il leur reste pourront peut-être à l’avenir faire tester leurs cheveux pour connaître leur taux d’hormones. Une substance chimique de signalisation liée à la fertilité des femmes, appelée hormone anti-müllerienne (AMH), est intégrée dans les tiges capillaires lorsqu’elles sont encore sous la peau. Le fait de tester les cheveux peut donner une meilleure indication de la fertilité que les tests sanguins actuels.

Tester le taux d’AMH

L’AMH est libérée par les ovules dans les ovaires, dont le nombre diminue avec l’âge. Les taux d’AMH dans le sang sont en corrélation générale avec le nombre d’ovules qu’il reste à une femme et donc avec le temps qu’il lui reste avant de cesser d’être fertile.
Certaines entreprises proposent des tests sanguins d’AMH pour toutes les femmes qui tentent de tomber enceinte – bien que le corps des médecins ait averti que pour la population générale, ce n’est pas un bon indicateur de la probabilité qu’une femme puisse concevoir.
Mais pour les femmes ayant eu recours à la FIV, elle permet de prédire quelles femmes sont susceptibles de bien ou mal répondre à la stimulation de leurs ovaires, selon la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie. À l’avenir, les femmes pourront peut-être envoyer un échantillon de cheveux pour qu’il soit testée, au lieu de se faire prélever un échantillon de sang.

Un outil de prédiction plus précis

Dans un groupe de 152 femmes âgées de 18 à 65 ans, les niveaux d’AMH des cheveux étaient en corrélation avec les niveaux dans leur sang et avec le nombre d’ovules présents dans leurs ovaires, comme le montre une échographie – mais les niveaux d’AMH des cheveux suivaient mieux l’âge que les niveaux sanguins, ce qui suggère que le test des cheveux pourrait être plus précis.
Les niveaux d’AMH dans les cheveux pourraient être un meilleur indicateur des niveaux moyens à long terme dans le sang qu’un échantillon de sang unique, explique Sarthak Sawarkar de la société américaine de fertilité MedAnswers, qui a réalisé cette étude. « Les cheveux sont un endroit qui peut accumuler des biomarqueurs sur plusieurs semaines, tandis que les niveaux d’hormones dans le sang peuvent fluctuer rapidement en réponse à des stimuli », a-t-il déclaré dans un communiqué.
Ces travaux ont été présentés lors de la réunion en ligne de l’European Society of Human Reproduction and Embryology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Tester les cheveux des femmes pour savoir leur fertilitémartinBiologie
Les femmes qui veulent savoir combien d'ovules il leur reste pourront peut-être à l'avenir faire tester leurs cheveux pour connaître leur taux d'hormones. Une substance chimique de signalisation liée à la fertilité des femmes, appelée hormone anti-müllerienne (AMH), est intégrée dans les tiges capillaires lorsqu'elles sont encore sous la...