les-dinosaures-viennent-de-petits-mangeurs-insectes
Les recherches menées par des scientifiques associés au Musée américain d’histoire naturelle suggèrent que les dinosaures géants étaient les descendants d’un ancêtre très petit, ce qui permet de comprendre comment les caractéristiques des dinosaures et des ptérosaures volants ont évolué.

De petits reptiles mangeurs d’insectes

Il y a environ 237 millions d’années, pendant le Trias moyen, un reptile insectivore de 10 cm de haut vivait dans les jungles primordiales de l’actuel Madagascar. Appelé Kongonaphon kely (tueur de minuscules insectes), cet animal se trouve près de la racine de l’Ornithodira, qui est la partie de la classe des reptiles qui comprend les ancêtres communs des dinosaures et des ptérosaures.
Les premiers fossiles de Kongonaphon ont été découverts en 1998 par une équipe de chercheurs dirigée par John Flynn, conservateur des mammifères fossiles du Musée américain. Jusqu’à récemment, on pensait que ces petits reptiles étaient des cas particuliers, les ancêtres des dinosaures étant de taille similaire à celle des autres archosaures, le grand groupe de reptiles qui comprend les oiseaux, les crocodiliens, les dinosaures non aviaires et les ptérosaures, et que ceux-ci ont ensuite pris des proportions gigantesques au fur et à mesure de l’évolution des dinosaures. Cependant, comme de plus en plus de fossiles ont été trouvés et analysés, Flynn dit qu’une autre image a émergé.
« Ce site fossilifère situé dans le sud-ouest de Madagascar a produit, à partir d’un intervalle de temps mal connu à l’échelle mondiale, des fossiles étonnants, et ce minuscule spécimen a été mélangé aux centaines que nous avons recueillies sur ce site au fil des ans », explique Flynn. « Il a fallu un certain temps avant que nous puissions nous concentrer sur ces os, mais une fois que nous l’avons fait, il était clair que nous avions quelque chose d’unique et qui valait la peine d’être examiné de plus près. C’est un excellent argument pour expliquer pourquoi ces découvertes combinées à la technologie moderne d’analyse des fossiles récupérés sont toujours aussi importantes ».

Ils se refroidissaient rapidement

Une partie de cette analyse a consisté en une étude de l’usure dentaire de Kongonaphon, qui indique qu’il mangeait des insectes. Ce changement de régime alimentaire aurait eu pour effet de miniaturiser ses ancêtres, mais aussi d’augmenter ses chances de survie en comblant une niche écologique non exploitée par ses parents carnivores. En outre, ces petits corps auraient un rapport surface/volume très important, ce qui signifie qu’ils se refroidiraient rapidement. Comme la fin du Trias moyen était une époque de climats extrêmes, cela suggère qu’ils ont développé de la peau pelucheuse que l’on trouve sur de nombreux dinosaures et ptérosaures, qui se sont ensuite transformés en plumes.
« La découverte de ce minuscule parent des dinosaures et des ptérosaures souligne l’importance des archives fossiles de Madagascar pour améliorer nos  connaissances de l’histoire des vertébrés à des époques qui sont mal connues à d’autres endroits », déclare le codirecteur du projet, Lovasoa Ranivoharimanana, de l’université d’Antananarivo à Madagascar. « Des découvertes comme celle-ci aident les gens de Madagascar et du monde entier à mieux apprécier le témoignage exceptionnel de la vie ancienne conservée dans les roches de notre pays ».
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : American Museum of Natural History
Crédit photo : Pixabay