les-personnes-inconscientes-en-fin-de-vie-réagissent-au-son
L’audition est considérée comme le dernier sens à persister dans le processus de mort. Maintenant les chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont la preuve que certaines personnes peuvent encore être capables d’entendre lorsqu’elles sont dans un état de non-réponse à la fin de leur vie.

Les personnes en fin de vie peuvent entendre

En utilisant l’électroencéphalographie (EEG), qui mesure l’activité électrique dans le cerveau, les chercheurs ont analysé les données recueillies auprès de participants témoins en bonne santé, de patients des centres de soins palliatifs lorsqu’ils étaient conscients et de ces mêmes patients d’hospice lorsqu’ils sont devenus inconscients. Ces patients recevaient des soins palliatifs au St. John Hospice de Vancouver.
« Dans les dernières heures qui précèdent une mort naturelle attendue, de nombreuses personnes entrent dans une période de non-réponse », explique l’auteur principal de cette étude, Elizabeth Blundon, qui était doctorante au département de psychologie au moment de cette étude. « Nos données montrent qu’un cerveau mourant peut répondre aux sons, même dans un état inconscient, jusqu’aux dernières heures de la vie ». Ce nouvel aperçu de la réponse du cerveau mourant aux sons peut aider la famille et les amis à apporter du réconfort à une personne dans ses derniers moments.
Les chercheurs ont présenté aux participants différents modèles de sons communs et rares qui ont changé de fréquence. Lorsque ce modèle de sons rares se produisait, les deux groupes réagissaient en émettant un signal préétabli. Les chercheurs ont surveillé la réponse du cerveau à ces sons à l’aide d’un EEG et ont découvert que certains patients mourants réagissaient de la même manière que les jeunes témoins en bonne santé, même lorsqu’ils étaient à quelques heures de la mort.

Réconforter les gens en fin de vie

« Nous avons pu identifier des processus cognitifs spécifiques chez les participants neurotypiques ainsi que chez les patients des centres de soins palliatifs », déclare Lawrence Ward, professeur au département de psychologie de l’Université de la Colombie-Britannique. « Nous avons dû examiner très attentivement les données individuelles des participants au contrôle, pour voir si chacun d’eux montrait un type particulier de réponse cérébrale avant de nous sentir confiants que le cerveau du patient inconscient réagissait de la même façon. »
« Cette recherche donne du crédit au fait que les infirmières et les médecins des soins palliatifs ont remarqué que les sons des proches aidaient à réconforter les gens lorsqu’ils étaient en train de mourir », dit Mme Gallagher. « Et pour moi, cela ajoute un sens important aux derniers jours et aux dernières heures de la vie et montre que le fait d’être présent, en personne ou au téléphone, est significatif. C’est un réconfort de pouvoir dire au revoir et d’exprimer son amour ».
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : University of British Columbia
Crédit photo : Pixabay