certaines-exoplanètes-peuvent-avoir-des-ouragans
Les exoplanètes rocheuses de la taille de la Terre qui orbitent autour de petites étoiles rouges pourraient avoir des ouragans intenses, selon une analyse des exoplanètes orbitant autour des naines M – des étoiles beaucoup plus petites et plus froides que notre Soleil.

Les exoplanètes et le naines M

Thaddeus Komacek, de l’université de Chicago aux États-Unis, et ses collègues ont utilisé des modèles d’ouragans pour la Terre afin de prédire la probabilité de leur formation sur des exoplanètes potentiellement habitables.
Une hypothèse clé de leur modélisation est que les surfaces de ces exoplanètes sont couvertes d’océans d’eau liquide. Bien qu’aucune exoplanète de ce type n’ait encore été identifiée, des simulations antérieures suggèrent que des planètes de la taille de la Terre pourraient être abondantes autour des naines M.
Comme les naines M émettent moins de rayonnement que le Soleil, ces exoplanètes potentiellement habitables – celles dont la température est relativement similaire à celle de la Terre – peuvent orbiter plus près de leur étoile que la Terre.
Trois facteurs principaux influent sur la formation des ouragans : la limite supérieure théorique de la vitesse du vent qu’un ouragan pourrait générer, appelée intensité potentielle maximale, la rotation planétaire disponible pour générer une tempête cyclonique et le cisaillement vertical du vent, qui est la différence de vent près de la surface d’une planète et plus haut dans l’atmosphère.
« Les effets du cisaillement du vent et de la rotation s’annulent mutuellement », dit Komacek. « À une rotation plus rapide, il y a trop de cisaillement du vent, et à une rotation plus lente, il n’y a pas assez de rotation pour créer l’ouragan au départ », dit-il. C’est pourquoi les ouragans sont moins probables sur les exoplanètes à rotation lente.

Les exoplanètes avec une rotation plus lente

L’équipe a découvert que les ouragans sont plus susceptibles de se former sur des exoplanètes qui mettent entre huit et dix jours terrestres pour orbiter autour de leur étoile, et qui sont également en parfaite synchronisation avec leur étoile. Cela signifie qu’elles tournent au même rythme, de sorte qu’un côté de la planète est en un jour perpétuel.
À l’avenir, les exoplanètes terrestres qui orbitent autour des étoiles naines M seront étudiées à l’aide de télescopes spatiaux infrarouges tels que le télescope spatial James Webb de la NASA. Si des ouragans se produisent sur ces planètes, ils peuvent affecter leurs observations.
« Les ouragans s’accompagnent de nombreux nuages, ce qui entraîne de fortes précipitations », explique Komacek. « On pourrait s’attendre à ce que la variabilité des nuages ait un impact important sur les observations de ces planètes. »
Mais ils pourraient aussi améliorer la détection de la vapeur d’eau dans l’atmosphère de ces exoplanètes, car les ouragans la transportent vers des altitudes plus élevées.
Cette recherche a été pré-publiée dans arXiv. (PDF)
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Certaines exoplanètes peuvent avoir des ouragansmartinEspace
Les exoplanètes rocheuses de la taille de la Terre qui orbitent autour de petites étoiles rouges pourraient avoir des ouragans intenses, selon une analyse des exoplanètes orbitant autour des naines M - des étoiles beaucoup plus petites et plus froides que notre Soleil. Les exoplanètes et le naines M Thaddeus Komacek,...