la-gomme-à-mâcher-médicamenteuse-serait-avenir
La gomme à mâcher médicamenteuse a été reconnue comme une nouvelle méthode avancée de libération de médicaments, mais il n’existe actuellement aucune façon pour tester la libération de médicaments par la gomme à mâcher in vitro. De nouvelles recherches ont montré qu’un robot de mastication avec des mâchoires humanoïdes intégrées pourrait offrir aux entreprises pharmaceutiques la possibilité de développer des gommes à mâcher médicamenteuses.

Tester la gomme à mâcher médicamenteuse

L’objectif de cette étude était de confirmer si un robot de mastication humanoïde pouvait évaluer les gommes à mâcher médicamenteuses. Ce robot est capable de reproduire fidèlement le mouvement de mastication humain dans un environnement fermé. Il est équipé de salive artificielle et permet de mesurer la libération de xylitol par la gomme.
Cette étude visait à comparer la quantité de xylitol restant dans la gomme entre le robot de mastication et les participants humains. L’équipe de recherche voulait également évaluer la quantité de xylitol libérée par la mastication de la gomme.
Les chercheurs ont découvert que le robot de mastication avait un taux de libération de xylitol similaire à celui des participants humains. La plus grande libération de xylitol s’est produite pendant les cinq premières minutes de mastication et après 20 minutes de mastication, seule une faible quantité de xylitol restait dans le bolus de la gomme, quelle que soit la méthode de mastication utilisée.
La salive et les solutions de salive artificielle ont été respectivement prélevées après cinq, dix, quinze et vingt minutes de mastication continue et la quantité de xylitol libérée par la gomme à mâcher a augmenté.

Une nouvelle méthode pour entreprises pharmaceutiques

Le Dr Kazem Alemzadeh qui a dirigé ces recherches, a déclaré « la bio-ingénierie a été utilisée pour créer un environnement oral artificiel qui reproduit fidèlement celui que l’on trouve chez l’homme. Nos recherches ont montré que le robot de mastication donne aux entreprises pharmaceutiques la possibilité d’étudier les gommes à mâcher médicamenteuses, avec une exposition réduite des patients et des coûts moindres grâce à cette nouvelle méthode ».
Le professeur Nicola West, coauteur de cette étude, a ajouté : « la voie d’administration des médicaments la plus pratique pour les patients est la voie orale. Cette recherche, qui utilise un nouvel environnement oral artificiel humanoïde, a le potentiel de révolutionner la recherche sur la libération et l’administration de médicaments par voie orale ».
Cette recherche a été publiée dans IEEE Transactions on Biomedical Engineering.
Source : University of Bristol
Crédit photo : Pexels