les-tortues-de-mer-se-perdent-parfois-dans-océan
Les tortues de mer sont réputées pour leur capacité à traverser les océans. Nous avons maintenant une meilleure idée de la façon dont elles le font, grâce à une étude de suivi par GPS qui révèle qu’elles font souvent beaucoup d’erreurs en cours de route.

Leur navigation est rudimentaire

« Nous avons été impressionnés par leur capacité à trouver de petites îles », déclare Nicole Esteban de l’université de Swansea au Royaume-Uni. « Mais leur navigation est rudimentaire ».
Les tortues de mer vertes (Chelonia mydas) passent la plus grande partie de leur vie dans une zone, se nourrissant d’herbe marine dans les eaux peu profondes. Toutes les quelques années, elles migrent vers des zones de reproduction qui peuvent se trouver à des milliers de kilomètres de là, où elles passent quelques mois avant de revenir.
Lors des migrations de 2013, 2015, 2017 et 2018, Esteban et ses collègues ont placé des traceurs GPS sur un total de 33 tortues marines vertes femelles après qu’elles aient niché sur l’île de Diego Garcia dans l’océan Indien. Comme ces tortues ne peuvent pas se nourrir en pleine mer, les scientifiques pensent que leur objectif serait de se rendre directement dans leur zone d’alimentation.
Peu y sont parvenus. Sans surprise, les tortues qui se nourrissent au large des côtes africaines étaient les plus susceptibles de se rendre assez directement à leur cible, car une fois qu’elles ont atteint la côte, il leur suffit de nager sur une courte distance vers le nord ou le sud pour trouver leur aire d’alimentation. Mais les tortues qui retournent vers des atolls et des îles éloignés manquent souvent leurs cibles et finissent par nager jusqu’à quatre fois plus loin que cela est nécessaire.

Elles se trompent souvent

Par exemple, une tortue qui a fini dans un atoll près de l’île de Providence a d’abord parcouru 200 kilomètres au sud de ce point le 5 novembre 2017. Elle a continué vers l’ouest pendant environ 500 kilomètres avant de se rendre compte de son erreur et de se déplacer comme pour chercher.
Cette tortue est retournée vers l’est, passant devant d’autres bonnes aires d’alimentation sans s’arrêter en cours de route, et a finalement atteint l’atoll le 31 décembre 2017. Elle a parcouru 4619 kilomètres en tout, alors que la distance en ligne droite n’était que de 2240 kilomètres. « C’était l’exemple le plus extrême d’un surpassement », déclare Esteban.
Les traces suggèrent que les tortues marines vertes parcourent de longues distances en utilisant une carte mentale approximative et un sens brut de la boussole magnétique. Elles partent à peu près dans la bonne direction et finissent par se rendre compte si elles sont allées trop loin. La plupart des tortues qui ont dépassé une limite se sont retournées en pleine mer, où il n’y avait aucun indice environnemental pour les guider.

Elles connaissent des points de repère

Les tortues n’ont pas corrigé leur trajectoire pour tenir compte des courants, et ne semblent pas utiliser d’odeur, mais elles semblent reconnaître les points de repère sur le fond marin, et rentrent directement chez elles une fois qu’elles ont atteint les zones peu profondes à proximité.
Cette étude est la première à révéler comment les tortues trouvent les petites îles, explique Esteban. Les précédentes études de marquage n’ont montré que les déplacements vers les sites côtiers.
Cette recherche a été publiée dans Current Biology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay