un-nouveau-médicament-pour-traiter-les-crises-cardiaques
Des chercheurs de l’université de l’Illinois à Chicago ont mis au point un nouveau médicament qui prévient les caillots sanguins sans provoquer de saignement, un effet secondaire commun à tous les médicaments antiplaquettaires actuellement disponibles.

Un médicament qui prévient les caillots sanguins 

Une nouvelle étude décrit ce médicament et ses mécanismes d’administration et montre qu’il est également un traitement efficace pour les crises cardiaques chez les modèles animaux. Xiaoping Du, professeur de pharmacologie et de médecine régénérative à la faculté de médecine de l’UIC, a dirigé ces recherches.
« Malheureusement, les médicaments antiplaquettaires actuels empêchent la coagulation du sang qui provoque les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, mais perturbent également la capacité des plaquettes à arrêter le saignement si un vaisseau sanguin est déchiré », a déclaré Du. « Dans certains cas, un saignement important peut mettre la vie en danger. La particularité de ce nouveau médicament est qu’il empêche les caillots mais ne rend pas les gens enclins aux saignements, ce que d’autres médicaments n’ont pas réussi à faire ».
Dans une étude précédente, Du et ses collègues ont identifié un mécanisme de signalisation qui est important dans le processus de coagulation du sang mais qui n’est pas nécessaire à la capacité des plaquettes à adhérer à une plaie et à prévenir les saignements.
Sur la base de cette découverte, les chercheurs ont dérivé un peptide pour cibler ce mécanisme de signalisation et ont conçu une nanoparticule qui a réussi à délivrer ce peptide dans les plaquettes. Ce médicament à base de nanoparticules dérivées d’un peptide a ensuite été testé chez la souris comme traitement potentiel des crises cardiaques.

Il pourrait réduire les fuites

Selon M. Du, une crise cardiaque peut provoquer une insuffisance cardiaque et la mort de deux différentes façons. La première, à partir des dommages initiaux causés par le caillot, qui bloque la circulation sanguine et réduit l’apport en oxygène. Ce problème est généralement traité par une procédure appelée angioplastie et un extenseur pour ouvrir l’artère, combinée à des médicaments antiplaquettaires pour l’empêcher de se coaguler à nouveau.
Cependant, le sang frais qui circule dans le tissu cardiaque endommagé après la réouverture de l’artère peut déclencher une inflammation, provoquant des fuites et des caillots dans les petits vaisseaux sanguins et endommageant davantage le cœur, a déclaré M. Du.
« C’est ce qu’on appelle une lésion de reperfusion et c’est la deuxième façon dont une crise cardiaque peut entraîner une insuffisance cardiaque ou la mort », a déclaré M. Du. « Nous espérions que ce nouveau médicament, qui ne provoque pas de fuites dans les vaisseaux sanguins, aidera à limiter les lésions de reperfusion et à réduire le risque d’insuffisance cardiaque et de décès, et notre hypothèse s’est avérée correcte — nous avons vu des résultats très prometteurs de notre étude. »

Il sera bientôt testé chez l’homme

Dans cette étude, les souris qui ont reçu ce traitement, administré sous forme d’injection, on a constaté une réduction des dommages au cœur, une diminution de la coagulation et une réduction de l’inflammation. On a également constaté une amélioration de la fonction cardiaque et une amélioration de la survie. « C’est très intéressant de voir des résultats aussi prometteurs en laboratoire et nous espérons pouvoir bientôt les tester chez l’homme », a déclaré M. Du.
Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : University of Illinois at Chicago
Crédit photo : Pexels

Un nouveau médicament pour traiter les crises cardiaquesmartinbiothechnologie
Des chercheurs de l'université de l'Illinois à Chicago ont mis au point un nouveau médicament qui prévient les caillots sanguins sans provoquer de saignement, un effet secondaire commun à tous les médicaments antiplaquettaires actuellement disponibles. Un médicament qui prévient les caillots sanguins  Une nouvelle étude décrit ce médicament et ses mécanismes...