un-matériaux-qui-ne-peut-pas-être-coupé

Des ingénieurs ont créé le premier matériau artificiel qui ne peut effectivement pas être coupé, ce qui promet des antivols de vélo, des portes de sécurité et des vêtements de protection légers mais résistants aux coupures.

Un matériau ultrarésistant

L’équipe d’ingénieurs a incorporé des sphères de céramique dans de la mousse d’aluminium pour créer un matériau qu’ils ne pouvaient pas couper avec des meuleuses d’angle, des perceuses électriques ou des découpeuses à jet d’eau. Ils l’ont baptisé Proteus, d’après le dieu grec changeant de forme, pour la façon dont ce matériau se métamorphosait de différentes manières pour se défendre contre les attaques.

« C’est assez étonnant », déclare Miranda Anderson, de l’université de Stirling, au Royaume-Uni, qui a travaillé sur ce projet. Au lieu d’être une simple surface dure qui résiste à la pression extérieure, ce matériau renvoie la force de la scie ou du mécanisme de coupe sur lui-même, car les sphères en céramique créent des vibrations qui perturbent la force extérieure. « En fait, cela détruit la lame par les vibrations saccadées latérales qu’elle crée, ou bien cela élargit le jet d’eau », explique M. Anderson.

Ce matériau possède également un second mécanisme de défense. En essayant de le couper, les sphères de céramique se transforment en petits fragments encore plus durs qui agissent comme un papier de verre très résistant. « Ce mécanisme d’attaque rend donc ce matériau plus résistant à l’attaque », explique Anderson. Alors que la meuleuse d’angle utilisée par l’équipe a mis 45 secondes pour couper ce blindage en acier utilisé pour protéger des mines explosives, elle a été rendue inopérante par Proteus.

Pour une série d’application

La seule structure comparable dans le monde naturel est le diamant, dit Anderson, mais Proteus est moins cher et plus léger, ce qui le rend pratique pour toute une série d’application, comme des portes et barrières de sécurité, des semelles de chaussures ou aux coudières et aux protections d’avant-bras pour les travailleurs. Elle pense qu’il peut être produit en masse, car ces métaux et ces céramiques dont il est fait ne sont pas rares.

Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay
Crédit vidéo : SciTech Dayly