COVID-19-des-résultats-encourageant-un-nouveau-médicament
L’université de Southampton et la compagnie de développement de médicaments Synairgen plc ont annoncé des résultats positifs des essais cliniques d’un médicament qui pourrait empêcher l’aggravation du COVID-19 chez les personnes les plus à risque.

Des résultats positifs du SNG001 

Les chances de développer une maladie grave (par exemple nécessitant une ventilation ou entraînant la mort) pendant la période de traitement (du jour 1 au jour 16) ont été considérablement réduites de 79 % pour les patients recevant le SNG001 (sa forme inhalée), par rapport aux patients recevant un placebo.
Les patients qui ont reçu ce médicament avaient également deux fois plus de chances de se rétablir (c’est-à-dire qu’ils n’étaient pas limités dans leurs activités ou qu’ils ne présentaient pas de signes cliniques ou virologiques d’infection) au cours de la période de traitement que ceux qui ont reçu le placebo.
En outre, la mesure de l’essoufflement a été nettement réduite chez les patients qui ont reçu le SNG001 par rapport à ceux qui ont reçu le placebo. Trois sujets (six pour cent) sont morts après avoir été randomisés pour recevoir le placebo. Il n’y a eu aucun décès parmi les sujets traités avec le SNG001.
Le professeur Tom Wilkinson à l’université de Southampton et chercheur en chef de cet essai, a commenté : « nous sommes ravis des données positives produites par cet essai, qui est le résultat d’un effort coordonné de Synairgen, de l’université de Southampton, du University Hospital Southampton NHS Foundation Trust et des équipes de recherche hautement spécialisées du réseau des NIHR et des organismes de réglementation au Royaume-Uni.

Il peut restaurer la réponse immunitaire des poumons

« Ces résultats confirment notre conviction que l’interféron bêta, un médicament largement connu qui, par injection, a été approuvé pour un certain nombre d’autres indications, a un potentiel énorme en tant que médicament inhalé pour être capable de restaurer la réponse immunitaire des poumons, renforçant la protection, accélérant la récupération et contrant l’impact du virus SRAS-CoV-2 ».
Richard Marsden, PDG de Synairgen, a déclaré : « nous sommes tous ravis des résultats de cet essai qui ont montré que le SNG001 a considérablement réduit le nombre de patients hospitalisés atteints du COVID-19 qui sont passés de « nécessitant de l’oxygène » à « nécessitant une ventilation ». Ils ont également montré que les patients ayant reçu le SNG001 avaient au moins deux fois plus de chances de se rétablir quant à leurs activités quotidiennes compromises par leur infection par le SRAS-CoV-2.
« En outre, le SNG001 a réduit de manière significative l’essoufflement, l’un des principaux symptômes du COVID-19. Cette évaluation du SNG001 chez les patients atteints du COVID-19 pourrait signaler une avancée majeure dans le traitement des patients hospitalisés atteints de virus. Nos efforts se concentrent maintenant sur la collaboration avec les autorités réglementaires et d’autres groupes clés pour faire progresser ce traitement potentiel du COVID-19 aussi rapidement que possible ».

Un essai avec 101 patient en double aveugle contre placebo

L’essai en double aveugle contre placebo a recruté 101 patients dans neuf hôpitaux spécialisés du Royaume-Uni entre le 30 mars et le 27 mai 2020. Les groupes de patients ont été appariés de manière égale en matière d’âge moyen (56,5 ans pour le placebo et 57,8 ans pour SNG001), de comorbidités et de durée moyenne des symptômes du COVID-19 avant l’inscription (9,8 jours pour le placebo et 9,6 jours pour SNG001).
Chez les patients présentant une maladie plus grave au moment de l’admission (c’est-à-dire nécessitant un traitement à l’oxygène), le traitement par le SNG001 a augmenté la probabilité de sortie de l’hôpital pendant cette étude, bien que la différence ne soit pas statistiquement significative. Le délai médian avant la sortie était de six jours pour les patients traités avec le SNG001 et de neuf jours pour ceux recevant un placebo.
En outre, les patients recevant le SNG001 semblaient avoir plus de deux fois plus de chances de se rétablir à la fin de la période de traitement, bien que cette forte tendance n’ait pas atteint une signification statistique. Toutefois, au 28e jour, les patients recevant le SNG001 avaient des chances de guérison statistiquement plus élevées.
Source : University of Southampton
Crédit photo : Pixabay