une-main-robotique-qui-combine-force-et-douceur
En général, les « mains » robotisées varient entre des dispositifs rigides à prise ferme et des appareils plus doux. Maintenant, des scientifiques ont créé un appendice qui, selon eux, combine les meilleures caractéristiques des deux.

Une main robotique hybride

Lorsqu’il s’agit de ramasser des objets lourds et robustes, les robots utilisent généralement des pinces à deux doigts. Cette conception rigide n’a pas un toucher particulièrement doux, mais elle peut exercer beaucoup de force. Des mains plus douces sont utilisées pour soulever des objets fragiles. Elles sont moins susceptibles de casser des objets, mais elles n’ont pas non plus une prise particulièrement ferme.
Sous la direction de Changyong Cao, des chercheurs de l’Université d’État du Michigan ont entrepris de combler ce fossé entre les deux. Le prototype qui en résulte comporte quatre doigts et un pouce opposable, chacun d’eux incorporant ce que l’on appelle un actionneur pneumatique hybride flexible, ou FHPA. Au cœur de chaque actionneur pneumatique hybride flexible se trouve un ressort en forme d’os, entouré à l’extérieur par des vessies d’air plus souples.
Lorsque l’air est pompé à l’intérieur et à l’extérieur de ces vessies, chaque doigt s’ouvre et se ferme indépendamment des autres. Et parce que l’extérieur des doigts est relativement mou, il épouse les contours des objets fragiles, ce qui permet de les conserver intacts. Dans le même temps, les ressorts fournissent une force de préhension plus importante que ce qui serait possible avec un appareil au corps complètement mou.

Pour plusieurs sortes d’utilisation

On espère qu’une fois cette technologie développée, les mains équipées d’un FHPA pourront être utilisées dans des applications telles que des cueillettes de fruits, des soins médicaux et des procédures chirurgicales.
Cette recherche a été publiée dans Soft Robotics.
Source : Michigan State University
Crédit photo sur Unsplash : Franck V