de-la-glace-vitreuse-au-pôle-nord-de-Ganymède
La NASA a publié les premières images prises par sa sonde Juno dans l’espace profond du pôle nord de la plus grande lune de Jupiter, Ganymède. Capturées le 26 décembre 2019, les images infrarouges de l’instrument Jovian Infrared Auroral Mapper (JIRAM) montrent que la région polaire de Ganymède contient une forme de glace semblable à du verre.

De la glace semblable à du verre sur Ganymède

Sur de nombreux fronts, Ganymède est une anomalie en ce qui concerne les lunes. Ganymède est l’une des quatre lunes galiléennes, qui sont les plus grandes des 79 lunes de Jupiter, et la plus grosse lune du système solaire. En fait, c’est le neuvième objet le plus grand du système solaire et il est même plus grand que la planète Mercure.
Ganymède est également la seule lune qui possède son propre champ magnétique, qui est probablement généré par l’effet des marées joviennes sur l’intérieur de Ganymède. Selon la NASA, ce champ agit comme celui de la Terre, où les lignes de force magnétique agissent comme un conduit pour les particules chargées provenant du Soleil qui forme les fameuses aurores boréales que l’on voit dans les régions polaires. Cependant, comme Ganymède n’a pas d’atmosphère, ces particules peuvent bombarder la glace qui constitue la plus grande partie de la surface de cette lune géante.
L’instrument JIRAM de Juno a maintenant mis en lumière l’effet que ces particules ont sur cette glace. JIRAM a été conçu pour capter la lumière infrarouge provenant des profondeurs de Jupiter, jusqu’à une profondeur 50 à 70 km. Cependant, la NASA affirme que cet instrument peut également être utilisé pour examiner les lunes comme Ganymède, Io, Europe et Callisto.

Juno a recueilli 300 images infrarouges 

Dans ce cas, lorsque Juno a survolé le pôle nord de Ganymède à une distance de 100 000 km, JIRAM a pu recueillir 300 images infrarouges de la surface avec une résolution spatiale de 23 km par pixel. Cela a permis à cet instrument de détecter une signature infrarouge particulière sur la glace polaire qui n’est pas visible à l’équateur.
Juno a découvert que la glace au pôle nord de Ganymède avait été tellement bombardée par les particules solaires qu’elle était devenue ce que l’on appelle de la glace amorphe. C’est-à-dire que ce n’est pas un solide, mais un liquide surfondu. Tous les vrais solides ont une structure cristalline où les atomes s’alignent de manière ordonnée.
Cependant, dans un liquide surfondu comme le verre ordinaire, il n’y a pas de structure cristalline, donc c’est techniquement un liquide. La glace normale a une structure cristalline, mais la NASA affirme que ce bombardement a rendu la glace amorphe aux deux pôles de Ganymède. Cela est dû au fait que les particules solaires ont empêché les molécules de glace de se cristalliser en détruisant constamment leur structure.

Cette glace a été modifiée par le plasma

« Les données de l’instrument JIRAM montrent que la glace au pôle nord de Ganymède et aux alentours a été modifiée par la précipitation de plasma », explique Alessandro Mura, un co-chercheur à l’Institut national d’astrophysique de Rome. « C’est un phénomène que nous avons pu découvrir pour la première fois avec Juno car nous sommes capables de voir le pôle nord dans son intégralité ».
Source : NASA
Crédit photo : Pixabay

De la glace vitreuse au pôle nord de GanymèdemartinEspace
La NASA a publié les premières images prises par sa sonde Juno dans l'espace profond du pôle nord de la plus grande lune de Jupiter, Ganymède. Capturées le 26 décembre 2019, les images infrarouges de l'instrument Jovian Infrared Auroral Mapper (JIRAM) montrent que la région polaire de Ganymède contient...