diminution-des-vibrations-sur-terre-lors-du-confinement
Le confinement du coronavirus a permis de réduire considérablement les vibrations à la surface de la Terre, les gens ayant réduit leurs activités. Les sismologues mesurent les vibrations des tremblements de terre qui se propagent à la surface de la Terre.

Une réduction des vibrations

Leurs instruments captent également les vibrations des activités humaines, comme les bruits de pas dans les zones piétonnes encombrées, la circulation des véhicules, les activités industrielles et les foules dans les stades qui provoquent des « tremblements de terre de football ».
Quelques jours après que la Belgique ait adopté l’ordre de rester à la maison pour aider à contenir la COVID-19 en mars, Thomas Lecocq, sismologue à l’Observatoire royal de Belgique, a remarqué que ses instruments détectaient beaucoup moins de bruit que la normale. Il a contacté des collègues d’autres pays et a constaté qu’ils observaient des choses similaires.
Ils ont analysé les enregistrements de 268 stations sismométriques dans le monde et ont constaté un brusque apaisement du bruit sismique qui a commencé en Chine fin janvier, puis s’est étendu à l’Europe et au reste du monde en mars et avril, conformément aux mises en œuvre du confinement.
C’est logique, puisque la plupart des activités humaines ont été réduites pendant les confinements, explique Kasper van Wijk, de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande, qui a participé à cette étude. « Mais nous avons quand même été surpris par l’ampleur de l’impact », dit-il.

Une baisse dans plusieurs pays

Par exemple, une station sismique au Sri Lanka a enregistré une baisse de 50 % des bruits sismiques après que le pays ait appliqué des consignes strictes en matière de séjour à domicile. Une station à la Barbade a enregistré une baisse de 45 % et une autre à New York a enregistré une baisse de 10 % suite à des confinements.
Les sismologues ont profité de cette période de calme inhabituelle pour mener des études qui ne sont normalement pas possibles et qui peuvent aider à la prévision des tremblements de terre, explique M. van Wijk. « Fondamentalement, nous pouvons enregistrer des signaux sismiques plus propres en provenance de la Terre », dit-il.
Par exemple, les sismologues ont pu enregistrer des signaux provenant de très faibles tremblements de terre, qui sont généralement noyés par le bruit humain, dit van Wijk. Ces informations pourraient aider à identifier de nouvelles lignes de faille qui pourraient un jour déclencher des tremblements de terre majeurs, dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Science.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Diminution des vibrations sur Terre lors du confinementmartinSociété
Le confinement du coronavirus a permis de réduire considérablement les vibrations à la surface de la Terre, les gens ayant réduit leurs activités. Les sismologues mesurent les vibrations des tremblements de terre qui se propagent à la surface de la Terre. Une réduction des vibrations Leurs instruments captent également les vibrations...