trois-médicaments-peuvent-avoir-des-effets-inattendus
Une nouvelle étude portant sur 1 443 médicaments a révélé que trois médicaments sur ordonnance actuellement sur le marché ont provoqué des changements inattendus chez des vers qui pourraient indiquer des effets potentiels non reconnus chez l’homme. Ces travaux soulignent la nécessité de poursuivre l’évaluation des médicaments même après l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA).

Trois médicaments approuvés par la FDA

« Nous ne nous attendions pas à voir quelque chose d’aussi spectaculaire et évident, mais trois médicaments ont provoqué des changements physiologiques distincts chez ces vers (des C. elegans) », a déclaré Antony Jose, professeur associé de biologie cellulaire  et auteur principal de cette étude. « Cela montre vraiment à quel point ces médicaments sont sous-explorés ».
Jose a souligné que cette étude ne conclut pas que ces trois médicaments, qui ont été approuvés par la FDA, sont toxiques pour l’homme ou ont des effets secondaires non identifiés. Cette recherche a montré que ces médicaments peuvent avoir des impacts sur les processus cellulaires qui n’ont pas été précédemment explorés selon la littérature scientifique.
Dans l’étude actuelle, l’anticoagulant ticlopidine et l’antifongique sertaconazole ont provoqué des bulles qui semblent être des médicaments accumulés dans la gorge de ces vers, déformant physiquement cette partie de leur corps. Dans certains cas, les vers sont morts après avoir été exposés à ces médicaments, mais il n’est pas clair si la mort a été causée par l’accumulation dans la gorge ou par un autre mécanisme. La ticlopidine est parfois utilisée pour prévenir les caillots sanguins lorsqu’une endoprothèse est insérée pour ouvrir un vaisseau sanguin du patient, et le sertaconazole est utilisé pour traiter le pied d’athlète.

Le troisième affecterait la sécrétion du collagène

Le troisième médicament, le dexlansoprazole, est un inhibiteur de la pompe à protons qui est utilisé pour traiter les brûlures d’estomac. Ce médicament a provoqué des défauts de mue chez ces vers. Bien que les humains ne muent pas, les gènes de C. elegans impliqués dans la mue sont similaires aux gènes humains impliqués dans la sécrétion de collagène, qui est le principal composant structurel des tissus conjonctifs, tels que la peau et le cartilage. Cela signifie que les processus moléculaires qui permettent la mue chez C. elegans pourraient être similaires à ceux qui permettent la sécrétion de collagène chez l’homme, et si ce médicament interrompt l’un de ces processus, il peut également affecter la sécrétion de collagène chez l’homme.
Bien que presque tous les médicaments soient testés pour leur toxicité sur des mammifères tels que les souris avant d’être soumis à des essais sur l’homme, il est actuellement impossible d’examiner chaque effet physiologique potentiel d’un médicament avant qu’il ne soit autorisé sur le marché. Cela signifie parfois que des effets secondaires sont découverts des années après l’utilisation d’un médicament.
L’étude actuelle suggère que l’évaluation des médicaments déjà sur le marché à l’aide d’un organisme simple et bien étudié comme le C. elegans pourrait fournir une méthode facile et peu coûteuse pour identifier les cas dans lesquels des recherches supplémentaires pourraient être utiles.

Adopter un état d’esprit différent

« Pour réfléchir à un risque imprévu, nous devons adopter un état d’esprit différent », a déclaré M. Jose. « Même les médicaments les plus couramment utilisés ne sont pas étudiés de manière exhaustive avant leur mise sur le marché. Mais on peut penser que, du seul fait de leur utilisation courante, il faut déjà tout savoir sur eux. Plus les gens sont exposés à un médicament, plus nous devons l’étudier ».
Cette recherche a été publiée dans Chemosphere.
Source : University of Maryland
Crédit photo : Pexels

Trois médicaments peuvent avoir des effets inattendusmartinBiologie
Une nouvelle étude portant sur 1 443 médicaments a révélé que trois médicaments sur ordonnance actuellement sur le marché ont provoqué des changements inattendus chez des vers qui pourraient indiquer des effets potentiels non reconnus chez l'homme. Ces travaux soulignent la nécessité de poursuivre l'évaluation des médicaments même après...