covid-19-un-essai-pour-un-nouveau-médicament
L’École de médecine de Yale et la société biopharmaceutique AI Therapeutics ont lancé un essai clinique multi-institutionnel d’un médicament pour le traitement du COVID-19. Connu sous le nom LAM-002A (apilimod), ce médicament a fait ses preuves en matière de sécurité. Des recherches préliminaires ont montré qu’il peut bloquer l’entrée et le passage du virus du SRAS-CoV-2, la cause du COVID-19.

Le médicament LAM-002A

Des essais antérieurs impliquant plus de 700 patients ont montré que LAM-002A est sûr pour le traitement des maladies auto-immunes et des lymphomes folliculaires. Ce médicament a reçu le statut de « Fast Track » et la désignation de médicament orphelin de la Food & Drug Administration pour le traitement du lymphome. Le Centre de recherche clinique de Yale recrute actuellement des patients pour un essai de phase II pour l’utilisation du médicament comme traitement du COVID-19.
Cette étude devrait recruter 142 patients nouvellement diagnostiqués pour tester la sécurité et l’efficacité du médicament à réduire les niveaux de virus chez les personnes infectées.
Une étude multi-institutionnelle publiée dans Nature (PDF), qui a examiné plus de 13 000 médicaments existants contre deux souches du virus du SRAS-CoV-2, a révélé que LAM-002A était le plus efficace pour combattre ce virus, y compris dans les cellules pulmonaires infectées par ce virus. Dans une autre étude publiée dans la revue Cell, un autre groupe de chercheurs a montré indépendamment que LAM-002A pouvait combattre les infections par le SRAS-CoV-2, dans les cellules pulmonaires humaines.
Les données non publiées d’AI Therapeutics ainsi que les données récemment publiées par les instituts de recherche Scripps suggèrent que LAM-002A administré avec du remdesivir, déjà approuvé pour le traitement du COVID-19, peut renforcer l’efficacité de cet agent antiviral.

Une nouvelle thérapie puissante

« LAM-002A promet d’être une nouvelle thérapie puissante pour les patients atteints du COVID-19 afin de prévenir la progression de cette maladie, en évitant, espérons-le, l’hospitalisation », a déclaré Murat Gunel, professeur à Yale. M. Gunel est le principal conseiller scientifique d’AI Therapeutics et détient une participation financière dans la société.
M. Gunel a noté que si LAM-002A s’avère efficace dans cette phase, l’essai pourrait être élargi pour évaluer s’il aiderait à prévenir le développement de la maladie après l’exposition, en particulier dans les populations à haut risque, comme les personnes âgées dans les maisons de retraite, les travailleurs de la santé ou les personnes des communautés mal desservies.

Charles S. Dela Cruz dirigera cette étude

Charles S. Dela Cruz, professeur associé de médecine et de pathogenèse microbienne et directeur du Centre de recherche sur les infections pulmonaires de l’université de Yale, dirigera cette étude. Des institutions d’autres régions du pays devraient bientôt recruter des patients.
« Nous sommes ravis de nous associer à AI Therapeutics pour voir si LAM-002A peut aider à atténuer l’impact dévastateur de cette pandémie de coronavirus sur notre société », a déclaré M. Dela Cruz.
Source : Yale University
Crédit photo : Pixabay