apprendre-à-respirer-améliore-la-santé-mentale-des-étudiants
Une nouvelle étude de Yale révèle que lorsque les étudiants apprennent des techniques spécifiques pour gérer le stress et l’anxiété, leur bien-être s’améliore grâce à un éventail de mesures et conduit à une meilleure santé mentale.

Gérer le stress par la respiration

L’équipe de recherche a évalué trois programmes de formation au bien-être en salle de classe qui intègrent des stratégies de respiration et d’intelligence émotionnelle, et a constaté que deux d’entre eux conduisaient à une amélioration de certains aspects du bien-être. Le programme le plus efficace a conduit à des améliorations dans six domaines, dont la dépression et les liens sociaux.
Les chercheurs ont déclaré que de tels programmes de formation à la résilience pourraient être un outil précieux pour faire face à la crise de la santé mentale sur les campus universitaires. « En plus des compétences académiques, nous devons enseigner aux étudiants comment mener une vie équilibrée », a déclaré Emma Seppälä, auteur principal à la Yale School of Management. « La santé mentale des étudiants est en déclin depuis dix ans, et avec cette pandémie et les tensions raciales, les choses n’ont fait qu’empirer ».

Trois programmes ont été testés

Les chercheurs du Yale Child Study Center et du Yale Center for Emotional Intelligence (YCEI) ont mené cette étude, qui a testé trois programmes de formation au développement des compétences sur 135 sujets de premier cycle pendant huit semaines (30 heures au total), et a mesuré les résultats par rapport à ceux d’un groupe témoin sans intervention.
Ils ont trouvé qu’un programme de formation appelé SKY Campus Happiness, qui repose sur une technique de respiration appelée SKY Breath Meditation, des postures de yoga, des liens sociaux et des activités de service, était des plus bénéfiques. À l’issue des sessions SKY, les étudiants ont fait état d’améliorations dans six domaines du bien-être : la dépression, le stress, la santé mentale, la conscience, l’affect positif et les liens sociaux.
Un deuxième programme appelé « Foundations of Emotional Intelligence », a permis une amélioration : une plus grande attention – la possibilité pour les étudiants d’être présents et de profiter du moment. Un troisième programme, intitulé Mindfulness-Based Stress Reduction, qui s’appuie fortement sur les techniques de la pleine conscience, n’a donné lieu à aucune amélioration. Au total, 135 étudiants de premier cycle de Yale ont participé à cette étude.

Des outils qui peuvent être utilisés durant toute une vie

Sur les campus universitaires, on a constaté une augmentation significative de la dépression, de l’anxiété et de la demande de services de santé mentale chez les étudiants. De 2009 à 2014, le nombre d’étudiants cherchant un traitement dans les centres de conseil du campus a augmenté de 30 %, bien que les inscriptions n’aient augmenté que de 6 % en moyenne. Cinquante-sept pour cent des directeurs de centres de conseil ont indiqué que leurs ressources pour répondre aux besoins des étudiants sont inadéquates.
Les chercheurs affirment que les outils de formation à la résilience permettent de remédier directement à la surcharge des centres de conseil sur les campus. « Les étudiants apprennent des outils qu’ils pourront utiliser pour le reste de leur vie afin de continuer à améliorer et à maintenir leur santé mentale », a déclaré la co-première auteure Christina Bradley actuellement doctorante à l’université du Michigan.
Cette recherche a été publiée dans Frontiers in Psychiatry.
Source : Yale University
Crédit photo : Pexels