COVID-19-ses-répercussions-sr-la-santé-mentale
Les recherches d’informations sur Google sur les difficultés financières et les secours en cas de catastrophe ont fortement augmenté en mars et avril par rapport à la période pré-pandémique, tandis que les recherches sur Google liées au suicide ont diminué, ont constaté des chercheurs du Centre médical Irving de l’Université de Columbia.

Les recherches sur Google durant cette pandémie

Comme des recherches antérieures ont montré que la détresse financière est fortement liée à la mortalité par suicide, les chercheurs craignent que cette augmentation ne laisse présager une augmentation future des décès par suicide. « L’ampleur de l’augmentation des recherches sur Google liées à la détresse financière et aux secours en cas de catastrophe au cours des premiers mois de la pandémie a été impressionnante, c’est pourquoi cette conclusion est préoccupante », déclare Madelyn Gould, professeur d’épidémiologie en psychiatrie et auteur principal de cette étude.
Des chercheurs aux États-Unis et ailleurs ont commencé à étudier les effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale, mais l’impact sur les comportements suicidaires et les décès est difficile à évaluer en raison du retard dans la disponibilité des données sur la mortalité. Des études antérieures suggèrent que les taux de suicide diminuent souvent au lendemain de catastrophes nationales, comme le 11 septembre, mais qu’ils peuvent augmenter plusieurs mois plus tard, comme on l’a vu après la pandémie de grippe de 1918 et l’épidémie de SRAS de 2003 à Hong Kong.
Des études menées aux États-Unis et dans le monde entier ont établi un lien entre le comportement de recherche sur Google et le comportement suicidaire. Dans la présente étude, les chercheurs ont donc évalué les recherches en ligne sur le suicide et les facteurs de risque de suicide pendant la première partie de la pandémie et l’impact potentiel à long terme sur le suicide.

Les difficultés financières et la dépression

Les chercheurs ont utilisé un algorithme pour analyser les données sur les tendances de Google du 3 mars 2019 au 18 avril 2020, et identifier les changements proportionnels dans le temps dans les recherches de 18 termes liés au suicide et aux facteurs de risque de suicide. « Nous n’avions pas d’hypothèse claire quant à l’augmentation des requêtes liées au suicide pendant cette période, mais nous prévoyions un sentiment national de communauté pendant cette pandémie qui pourrait atténuer le comportement suicidaire à court terme », déclare Emily Halford analyste de données et premier auteur de cette étude.
Les chercheurs ont trouvé des augmentations relatives importantes dans les termes de recherche sur Google liés aux difficultés financières – par exemple, « j’ai perdu mon emploi », « chômage » et « congédiement » – et pour la ligne d’assistance téléphonique nationale en cas de catastrophe. La proportion de requêtes liées à la dépression était légèrement supérieure à celle de la période pré-pandémique, et modérément plus élevée pour les crises de panique.
« Il semble que les individus soient aux prises avec le stress immédiat de la perte d’emploi et de l’isolement et qu’ils fassent appel aux services de crise pour obtenir de l’aide, mais l’impact sur le comportement suicidaire ne s’est pas encore manifesté », déclare Gould. « En général, la dépression peut prendre plus de temps à se développer, alors que les crises de panique peuvent être une réaction plus immédiate à la perte d’un emploi et au fait de devoir faire face à des événements chargés d’émotion dans l’isolement social de cette pandémie ».

La solitude et l’exacerbation de maladies mentales

Les recherches de termes liés à la solitude ont également été significativement plus nombreuses au cours de la première période de cette pandémie que l’année précédente. Gould ajoute que la distanciation sociale est l’une des principales mesures mises en œuvre pour ralentir la propagation du coronavirus, « mais cette approche peut avoir des effets secondaires néfastes, tels que la solitude et l’exacerbation de maladies mentales préexistantes, qui sont des facteurs de risque de suicide connus ».
Les chercheurs affirment qu’à la lumière de l’augmentation prévue des crises suicidaires, il sera important de garantir la disponibilité et l’accessibilité continues des services de crise et des autres services de santé mentale au cours des dernières phases de cette pandémie. « Les résultats actuels nous donnent un aperçu de la manière dont les gens ont fait face aux effets émotionnels et financiers immédiats de cette pandémie », déclare M. Gould.
Cette recherche a été publiée dans PLOS ONE.
Source : Columbia University Irving Medical Center
Crédit photo : Pexels

COVID-19 : ses répercussions sur la santé mentalemartinSociété
Les recherches d'informations sur Google sur les difficultés financières et les secours en cas de catastrophe ont fortement augmenté en mars et avril par rapport à la période pré-pandémique, tandis que les recherches sur Google liées au suicide ont diminué, ont constaté des chercheurs du Centre médical Irving de...