le-racisme-serait-un-trait-génétique
Black Lives Matter (BLM) est un mouvement antiraciste aux États-Unis, fondé en réaction à de nombreux incidents de racisme et de violence policière contre les Noirs. Ce mouvement a reçu un large soutien international en 2020 après l’assassinat par la police de l’Afro-américain George Floyd. Ce meurtre a déclenché une chaîne de manifestations dans le monde entier. Pourtant, la violence policière contre les groupes vulnérables et les minorités n’est pas nouvelle.

Le racisme vient-il vraiment de nos gènes ?

Selon une étude les croyances selon lesquelles certains groupes sont supérieurs à d’autres sont profondément influencées par la génétique. Les scientifiques ont cherché à savoir pourquoi certaines attitudes ont tendance à apparaître simultanément. Cela peut par exemple s’appliquer à la perception que certains groupes sont meilleurs que d’autres, ou à la perception que certains groupes ethniques et culturels sont plus à même de prendre des décisions dans la société.
Des recherches antérieures ont montré que ces opinions apparaissent souvent ensemble et que l’environnement ne les façonne que rarement. Se pourrait-il que nous soyons nés avec des prédispositions à certaines opinions politiques ? D’après les résultats, la réponse est oui. « Les personnes qui partagent les mêmes attitudes semblent également partager les mêmes gènes », a déclaré Thomas Haarklau Kleppestø, doctorant au département de psychologie de l’université d’Oslo.

Une étude avec 2 000 jumeaux identiques ou non identiques

Environ 2 000 jumeaux norvégiens adultes, identiques ou non identiques, ont répondu à un questionnaire pour mesurer leur orientation de dominance sociale (OSD), un trait de la personnalité où un score élevé indique une préférence pour une hiérarchie sociétale. Des recherches antérieures ont montré que ce trait de caractère était favorable aux attitudes politiques. Un score élevé augmente la possibilité de soutenir des éléments tels que « certains groupes de personnes doivent être maintenus à leur place » et « certains groupes de personnes sont inférieurs à d’autres groupes ».
Les participants devaient donner leur avis sur huit propositions politiques, telles que le contrôle strict de l’immigration et l’expulsion des Roms. Des recherches antérieures ont montré que ces propositions étaient en corrélation avec l’OSD. Les chercheurs ont raisonné comme suit : si les opinions politiques des jumeaux identiques étaient similaires que celles des non identiques, la raison serait génétique. Les jumeaux identiques partagent 100 % de leurs gènes, tandis que les non identiques en partagent 50 %.
Thérèse Lillefosse (41 ans), la sœur jumelle identique de Kathrine Lillefosse, pense que les jumeaux identiques partagent souvent une même mentalité. « Au lycée, nous faisions les mêmes erreurs lors de nos tests. À une occasion, les essais que nous avons écrits étaient identiques au point que notre professeur a soupçonné que nous avions triché », dit-elle.
Ces sœurs n’ont pas participé à cette étude mais comment répondraient-elles si on leur posait les mêmes questions dans des entretiens séparés ? Tout d’abord, dix-huit questions sur l’orientation de la domination sociale révèlent que Kathrine et Thérèse partagent des pensées similaires sur ce sujet. Aucune d’entre elles n’est favorable à une société hiérarchisée.

Le racisme aurait également des bases multifactorielles

Thomas Haarklau Kleppestø n’est pas surpris. « Il est assez courant que les jumeaux identiques aient plus de similarités que les non identiques. Cependant, cela ne signifie pas que tous les jumeaux identiques sont complètement identiques », explique-t-il. « Si les jumeaux identiques étaient complètement identiques et les non identiques à cinquante pour cent, la génétique expliquerait toutes les variations. Mais ce n’est pas comme ça ».
Dès l’enfance, on peut voir des différences entre les jumeaux identiques, malgré des gènes et un environnement communs. Selon Kleppestø, cela a à voir avec le cerveau. Notre organe le plus complexe contient environ 88 milliards de neurones. Chacun d’entre eux est relié à des milliers d’autres neurones. Certaines connexions disparaissent, d’autres deviennent plus fortes.
« Les gènes fournissent certaines règles pour ces connexions. Cependant, les coïncidences se produiront toujours. C’est comme si vous faisiez un gâteau ; même si vous utilisez la même recette, les gâteaux ne sont jamais identiques à 100 % ». Les expériences et les environnements affectent également tous les humains. « Des expériences particulièrement vous affecteront, par exemple si vous êtes marié ou célibataire depuis 20 ans », a déclaré M. Kleppestø.
Leif Edward Ottesen Kennair, professeur de psychologie à l’Université norvégienne des sciences et technologies (NTNU), estime que l’étude de Kleppestø confirme les études antérieures. « Nous savons depuis longtemps qu’il existe une base génétique pour les attitudes ou l’orientation politique. Des études comme celle-ci nous permettent d’appeler cela une conclusion générale », a déclaré M. Kennair.
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : University of Oslo
Crédit photo : Pixabay

Le racisme serait un trait génétiquemartinBiologie
Black Lives Matter (BLM) est un mouvement antiraciste aux États-Unis, fondé en réaction à de nombreux incidents de racisme et de violence policière contre les Noirs. Ce mouvement a reçu un large soutien international en 2020 après l'assassinat par la police de l'Afro-américain George Floyd. Ce meurtre a déclenché...