les-termites-peuvent-devenir-de-véritables-lâches
Certaines espèces de termites ont compris comment profiter de l’abri des nids que des insectes construisent sans contribuer à leur construction. Elles évitent les foudres de leurs hôtes en étant extrêmement faciles à vivre.

Les termites savent profiter des autres

Les animaux qui vivent dans les habitations d’une autre espèce sans les affecter sont appelés des inquilines. Les termites inquilines (Inquilinitermes microcerus) sont uniques parmi les termites parce qu’elles ne peuvent pas faire leur propre nid. Ils habitent plutôt les couloirs construits par une autre sorte de termite, les Constrictotermes cyphergaster. Jusqu’à présent, on ne savait pas très bien comment ces deux espèces pouvaient rester en paix dans un espace aussi restreint, car les termites sont généralement très agressifs envers les étrangers.
Helder Hugo, de l’université de Constance en Allemagne, et ses collègues ont collecté des nids de C. cyphergaster dans le Cerrado brésilien et les ont amenés dans un laboratoire. Ils ont ensuite placé les termites hôtes et locataires dans des arènes miniatures ouvertes ou plus étroites et ont utilisé la vidéo pour suivre et enregistrer la façon dont ces deux espèces réagissaient l’une par rapport à l’autre.
Dès le début, les termites inquilines se déplaçaient moins que leurs hôtes et interagissaient peu avec eux, même dans l’espace la plus confinée. « Souvent, explique Hugo, lorsque deux colonies non apparentées sont réunies dans un même espace confiné – comme une arène expérimentale – le résultat est une guerre avec des pertes des deux côtés ».

Elles n’ont jamais répondu aux attaques

Mais ce n’est pas ce qui s’est passé ici. Malgré les attaques des termites hôtes, les termites locataires ont acquiescé. Les hôtes mordaient ou pulvérisaient les inquilines avec des produits chimiques, mais leurs cibles n’ont jamais répondu de la même manière, préférant s’enfuir. Certains ont complètement ignoré les hôtes.
« Nous ne nous attendions pas à ce qu’ils ne ripostent jamais », explique Hugo, en faisant remarquer que les inquilines sont capables de protéger leur propre colonie avec des mâchoires qui claquent.
Tout au plus, les termites femelles gicleraient des excréments vers une termite hôte menaçante, surprenant leur assaillant assez longtemps pour qu’il se retire. « En empêchant l’escalade des conflits, les termites inquilines peuvent considérablement améliorer leurs chances d’établir une cohabitation stable avec leurs termites hôtes », explique Hugo.
Emma Vitikainen, de l’université d’Helsinki, en Finlande, déclare qu’il est surprenant que les stratégies de désescalade des termites locataires soient si efficaces pour atténuer l’agression de leurs hôtes. Cela signifie que « le cycle de la vengeance n’est pas un résultat nécessaire ou inévitable », dit-elle.

La lâcheté peut devenir une bonne stratégie

« La passivité ne conduit pas nécessairement à la défaite, mais peut être une stratégie très utile, permettant d’économiser de l’énergie et des ressources », ajoute-t-elle. « L’agressivité n’est pas, en soi, une stratégie plus efficace ou plus bénéfique que la lâcheté ».
Cette recherche a été publiée dans Ecology and Evolution.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les termites peuvent devenir de véritables lâchesmartinDécouverte
Certaines espèces de termites ont compris comment profiter de l'abri des nids que des insectes construisent sans contribuer à leur construction. Elles évitent les foudres de leurs hôtes en étant extrêmement faciles à vivre. Les termites savent profiter des autres Les animaux qui vivent dans les habitations d'une autre espèce sans...